Mes projets ont été une source de distraction

Nous sommes à la fin des temps et Jésus revient bientôt et je pense que je n’en ai jamais eu autant conscience qu’aujourd’hui. Je veux me tenir prête pour son retour et j’ai hâte de le voir de mes propres yeux resplendissant et plein de gloire…  En faisant mon bilan de 2020, j’ai fait une rétrospective aussi des années précédentes comme j’aime faire. J’ai été étonné de voir à quel point j’ai pu être distraite par un tas de projets. Alors, c’est vrai que j’ai cette nature à vouloir entreprendre et faire des choses. Je suis très orientée tâches et atteindre des objectifs est très moteur pour moi. C’est une force et une qualité que le Seigneur m’a données, comme à beaucoup d’autres personnes. Il m’a créé et m’a voulu ainsi, alors merci Seigneur ! Seulement, comme je vous disais, j’ai été beaucoup distraite. 

C’est en 2017 que j’ai donné entièrement ma vie à Dieu et qu’Il est devenu le SEIGNEUR de ma vie. Je travaillais dans l’immobilier et mon besoin d’atteindre des objectifs était vraiment bien comblé. J’excellais ! Lorsque j’ai quitté mon travail fin 2017 pour me mettre à part pour Dieu, j’ai commencé assez rapidement à me lancer dans divers projets. Et je peux vous le dire tout de suite ; certains étaient inspirés par Dieu, d’autres non. Ceux qui étaient de Dieu, finalement, il y en avait très peu. 

Je voulais faire plein de choses qui me paraissaient être « louables », car c’était pour Son royaume ! Il faut dire aussi que pendant cette période je cherchais ma « voie ». J’ai voulu me lancer à mon compte, offrir des services, faire du coaching, devenir leader dans un tas de domaines… Et j’en passe ! Et toutes ces choses étaient pour servir Dieu vraiment. 

En vérité, souvent on se leurre soi-même sur nos propres motivations et intentions. Dieu seul connaît la profondeur de notre coeur. Je disais que je faisais ça pour le Seigneur, alors qu’en fait, en creusant profondément, je servais des ambitions personnelles mêlées aux intérêts de Dieu. Je voyais mon élévation, mon statut et ma position et toutes ces choses venaient de l’orgueil.

Mais je dis que ce n’était pas tant ça le « problème » bien que cela révèle une chose : il est important de laisser le Saint-Esprit faire son oeuvre en nous de renouvellement et de sanctification et ne pas « brusquer » les choses en allant trop vite.

En fait, le gros problème, c’est que ce n’était tout simplement pas la volonté de Dieu que je fasse tout ça !  

Nous sommes dans un temps où l’entrepreneuriat est à son plus haut. Les réseaux sociaux nous démontrent qu’il est possible de faire des projets divers et variés. Et c’est une bonne chose. Nous sommes encouragés et poussés à entreprendre, à répondre à l’appel de Dieu pour notre vie, à entrer dans notre destinée… Ça fait beaucoup de pressions sur nos épaules ! Je suis certaine que la plupart d’entre vous qui me lisez, vous vous dîtes ; quel est mon appel ? Est-ce que je suis vraiment dans ce que Dieu veut que je fasse ? Etc. Avant de continuer, j’aimerai parler de ça quelques instants. Effectivement, nous sommes tous appelés à accomplir des œuvres pour Dieu. Mais est-ce notre premier appel ? On zappe bien souvent notre première vocation, qui est d’approfondir notre relation avec Dieu. De demeurer avec Dieu et d’apprendre à la connaître ! Et souvent on brûle les étapes en courant une course pour laquelle nous ne sommes pas encore prêts à courir et c’est dangereux. Alors, soyons vigilants !  

Pour revenir au sujet de mon article, vous savez, je remarque aussi que bien des projets nous amènent à construire seuls et nous écartent d’une vision (plus grande) pour marcher dans notre « propre » vision. On veut marcher dans notre propre appel, on veut notre propre ministère. Et lorsque cela n’est pas de Dieu et bien cela amène de la division et le corps de Christ perd en force. 

Je ressens et je crois profondément qu’il y a un fort esprit de distraction qui se meuve dans l’église. J’imagine que ce n’est pas nouveau, seulement ses méthodes évoluent avec le temps. Ces esprits mauvais se déguisent en ange de lumière pour séduire le peuple de Dieu avec des projets qui semblent faire avancer le royaume. Alors qu’en fait c’est tout simplement une forme de distraction que le diable envoie pour tromper le peuple et qu’il ne fasse pas simplement ce qu’il est appelé à faire.

Ce n’est pas parce qu’on fait une œuvre qui paraît bonne pour le royaume qu’on est dans la volonté de Dieu ! On peut même porter du fruit sans être dans Sa volonté. (Et oui, grande révélation pour moi!)

Comme Jésus lorsqu’il a été tenté dans le désert, l’ennemie vient nous séduire par des visions alléchantes correspondant même à des besoins. 

Il y a une phrase qu’un de mes pasteurs a dite dernièrement : Le Seigneur souhaite que l’on mette notre potentiel et notre talent au service d’une œuvre sans que cela nous serve personnellement. 

Et je suis certaine que pour beaucoup d’entre nous, c’est le cas. Certains pour une saison, d’autres pour une vie. 

John C. Maxwell a dit : Pour accomplir de très grandes choses, mettez votre égo de côté et acceptez de faire partie d’une équipe. 

Donc oui, ça demande de mettre notre égo de côté et de s’humilier pour prendre ce genre de choix. Le Seigneur lui-même dit : L’humilité précède la gloire ! 

C’est donc le moment, alors que nous sommes dans les temps de la fin, de s’humilier devant Dieu et de le laisser VRAIMENT faire son œuvre en nous. Il n’est plus question de faire seulement du bien aujourd’hui, mais il est question de délivrer les captifs et de sauver les âmes !

Prov 19:20-21

Ecoute les conseils, et reçois l’instruction, Afin que tu sois sage dans la suite de ta vie. Il y a dans le coeur de l’homme beaucoup de projets, Mais c’est le dessein de l’Eternel qui s’accomplit.

 

Photo by Priscilla Du Preez on Unsplash

Nos projets ne sont pas les projets de Dieu

Ça fait assez longtemps que je n’ai pas pris le temps d’écrire un article et je suis contente de le faire aujourd’hui. J’espère que vous allez toutes très bien et que vous marchez toujours plus en intimité avec le Seigneur.

Ces derniers mois n’ont pas été ceux que j’avais imaginé il y a 1 an, 2 ans, 3 ans… aha. En même temps, pour être honnête, je ne savais pas trop à quoi m’attendre en arrivant sur ma terre promise.

Donc oui, le blog a été sous silence radio depuis mai dernier et il y a eu un ralentissement même dans l’écriture de mes articles depuis janvier 2020.

Le Seigneur m’a amené dans « l’ombre » pour quelques temps car il y avait beaucoup de choses à corriger, beaucoup de motivations à épurer et à sanctifier. Il m’a réaligné avec Ses projets.

Vous savez, sonder notre coeur n’est pas si simple et Dieu est bien plus fort que nous à ce sujet. Malgré toute la bonne volonté, tous mes bons sentiments, je m’encombrais de bien de choses. Pourtant, je pensais faire ce qui était juste. Vouloir le servir est une attitude de coeur qui plait au Seigneur, mais ça Lui plait encore plus lorsque l’on se soumet avec humilité à Sa vision et que l’on « sacrifie » nos aspirations et nos ambitions personnelles pour les siennes.

Heureusement, avec le Seigneur, ce qui nous attends est toujours bien meilleur. Nos attentes ne sont absolument pas assez hautes, je vous assure. C’est toujours surprenant car c’est la « méga surprise » lorsque ça arrive ! De ce fait, on reconnaît que nous y sommes pour rien dans ce que nous vivons et nous ne pouvons attribuer la gloire qu’a Dieu seul.

Ah, ça fait un bien fou d’écrire.

À la cueillette des pommes il y a quelques jours
À la cueillette des pommes il y a quelques jours

Pour être plus précise, je suis arrivée à ceci:  « Une vie consacrée » est un blog et restera un blog avec ses réseaux rattachés. Je continuerai d’écrire et de partager avec vous ici ainsi que sur les réseaux. Je veux simplement être un témoignage et je ne veux pas dépasser les limites que Dieu a fixé. Pour cela, il n’y aura pas de chaîne YouTube, ni de programme, ni d’autres projets pour le moment. Je décide de ne pas étendre les limites et quelque part je mets sur l’autel mes aspirations et mes ambitions personnelles.

Mais un sacrifice n’est jamais vain et il promet toujours une gloire plus grande.

C’est au profit d’EMCITV que j’ai décidé de ne pas engager plus de temps dans « Une vie consacrée ». En effet, depuis avril dernier j’ai le privilège d’y travailler et le Seigneur n’a cessé de m’étonner !

Les capacités et les ressources que Dieu a déposé en moi ont trouvés un lieu d’exercice idéal ! La moisson est grande et il y a tellement à faire… Le Seigneur se cherche des ouvriers disponibles et je le suis.

Ce n’est absolument pas la fin d’une vie consacrée, car une vie consacrée, c’est moi ! Aha. Je tenais à vous écrire car je me sens redevable vis-à-vis de vous et c’est un sentiment normal.

Je veux continuer à témoigner et à encourager toutes les femmes à travers ma vie. Ce chemin je le dois à Dieu ! Vous êtes les témoins de ma transformation depuis que je suis revenue à Dieu en 2017 et que j’ai ouvert mon blog en 2018.

Vous voyez mes erreurs, mes progrès, ma marche avec le Seigneur évoluer. Vous me voyez telle que je suis. Et surtout vous voyez le résultat que donne une relation avec Dieu.

Vous pouvez vous identifier à ma relation, sans la comparer. Vous pouvez vous inspirer d’elle, sans l’envier. Vous pouvez y aspirer sans la jalouser.

Ce n’est que le début, restez avec moi, je ne compte pas m’arrêter ici.

Des choses glorieuses sont à venir !

Soyez remplis de Son Esprit !

 

La prière nous prépare

Nous avons énormément de choses à affronter dans nos journées. Tellement de défis à relever. Nous sommes confrontées à un tas de décisions qui parfois sont urgentes. Bien souvent, nous ne sommes pas prêtes à faire les bons choix. Bien souvent, nous prenons des décisions dans la chair et nous en subissons les conséquences -même si elles sont petites-. Nous perdons du temps. Nous avons un conseiller personnel, mais nous ne prenons justement pas le temps de recevoir ses conseils

Dans mon précédent billet de blog, je vous partageai un plan d’action pour consacrer du temps à Dieu et qui s’appuie sur Marc 1. 

Marc 1.35-38 « Le lendemain, bien avant l’aube, en pleine nuit, il se leva et sortit. Il alla dans un lieu désert pour y prier. Simon est ses compagnons partirent à sa recherche. Quand ils l’eurent trouvé, ils lui dirent : Tout le monde te cherche. Allons ailleurs, leur répondit-il, dans les villages voisins ! Car c’est pour cela que je suis venu. Et il partit à travers toute la Galilée : il prêchait dans les synagogues des Juifs et chassait les démons. » 

Lisez bien les versets précédents dans Marc 1.32-35 « Le soir, après le coucher du soleil, on lui amena tous les malades et tous ceux qui étaient sous l’emprise de démons. La ville entière se pressait devant la porte de la maison. Il guérit beaucoup de personnes atteintes de diverses maladies. Il chassa beaucoup de démons et leur défendit de parler, car ils savaient qui il était. » 

Nous voyons que Jésus, alors qu’Il priait a été rattrapé par la vie et par ses responsabilités. Jésus était conscient du quotidien et Il était prêt à le gérer.

Jésus avait des responsabilités comme nous 

Quand la distraction est aussi une responsabilité :

« Simon est ses compagnons partirent à sa recherche. Quand ils l’eurent trouvé, ils lui dirent : Tout le monde te cherche. »

Les disciples et le village tout entier étaient des distractions pour Jésus lorsqu’Il voulait prier. Nous avons vu dans le précédent article le plan d’action mené par Jésus pour être focalisé. Malgré toutes ces « mesures », les disciples se mirent à sa recherche. Après avoir j’imagine longuement cherché, ils Le trouvèrent enfin. Jésus n’a pas dit « Laissez-moi tranquille, revenez plus tard » Non, il a dit « Allons ailleurs, dans les villages voisins ! ». 

Sa réponse démontre deux choses :

  • Il avait conscience de ses responsabilités 
  • Il avait passé assez de temps dans la présence du Père pour répondre de façon adéquate à ses obligations 

Combien de fois avons-nous été interrompus dans nos temps de prière par nos responsabilités familiales, conjugales et professionnelles ? Combien de fois avons-nous subis notre journée ? Combien de fois avons-nous été de mauvaise humeur, désorganisées, désagréables… 

Nos proches sont les premiers à subir nos mauvais comportements.  Ils sont les premiers à subir notre manque de consécration. En tant que femmes, nous sommes les baromètres de nos maisons et le manque d’action entraîne un déséquilibre dans tous les domaines. 

Jésus était prêt 

« Allons ailleurs, leur répondit-il, dans les villages voisins ! »

Jésus était prêt à sortir du lieu secret. Pour être prêt il faut passer assez de temps dans la présence de Dieu. Il faut passer du temps de qualité. Jésus aurait pu rester sur sa couchette et passer une heure, il n’aurait pas eu un moment profond et intime. 

Nous ne savons pas combien de temps Jésus avait prié avant que les disciples le trouvent. Si on imagine qu’ils se sont levés aux premières lueurs du jour en ajoutant le temps pour le trouver, on peut opter pour 2 voir 3h ? Oui c’est Jésus, il était à 100 % dans son ministère, on s’entend. Et nous, nous sommes à 100 % des ambassadrices du Royaume ne l’oublions pas. À nous de définir le « assez » pour notre vie. 

Nous sommes d’accord ce n’est pas toujours facile de passer « assez » de temps en fonction du rythme de la vie, de la saison dans laquelle nous sommes. De mon côté, pour l’avoir vécu, je sais que Dieu prévoit TOUJOURS notre portion. Il connait nos saisons. Je me souviens que les premiers mois avec Nathanaël ont été éprouvants. Premier bébé, sans famille autour de nous pour nous soutenir, j’étais vraiment fatiguée. Le temps que j’accordais à Dieu était vraiment mince. Dans les 10 minutes focus que j’investissais dans ma relation avec Dieu, je recevais une portion totalement surnaturelle. C’était comme si je passais 1 heure voir 2 dans Sa présence. C’était incroyable ! J’ai expérimenté une nouvelle fois Sa bonté. 

Si nous voulons être prêtes pour notre journée, pour affronter les décisions, pour répondre à nos responsabilités et aux sollicitations, nous devons comme Jésus nous préparer dans le lieu secret. 

Jésus prenait les bonnes décisions 

« Allons ailleurs, leur répondit-il, dans les villages voisins ! Car c’est pour cela que je suis venu. Et il partit à travers toute la Galilée : il prêchait dans les synagogues des Juifs et chassait les démons. »

Lorsque Simon et les autres trouvèrent Jésus ils dirent: Tous te cherchent. 

En effet, la veille tout le village était rassemblé autour de Jésus. Il avait fait beaucoup de miracles. Le lendemain matin ils étaient encore tous là à l’attendre ! Pourtant Il n’a pas été influencé par la situation et Il a choisi de partir. 

Dans son temps intime avec le Père, Il avait reçu une nouvelle directive à laquelle Il a répondu.

Ces temps précieux avec le Saint-Esprit nous amèneront à devenir fortes, remplies de convictions et de foi. Le doute n’aura plus de place dans nos vies, nous ne serons plus ballottées par le flot des circonstances et nous aurons l’assurance de faire les bons choix. 

 

Photo by Priscilla Du Preez on Unsplash

Plan d’action pour se consacrer plus

S’éloigner des distractions pour prier demande de la motivation, de la volonté et des actions de notre part. J’avoue que ce n’est pas toujours facile. Je me fais violence pour maîtriser ma chair qui n’a aucunement envie de se consacrer plus. Avec l’arrivée de Baby Nath il était devenu nécessaire pour moi de réfléchir à ma routine avec Dieu car je voulais conserver une relation profonde avec Lui. J’ai dû accepter de la changer. 

Les distractions sont un sujet bien actuel. Si nous voulons vivre un réveil spirituel personnel, nous devons prendre conscience que nous offrir totalement à Jésus demande bien plus que de la volonté. Cela demande un plan d’action

Marc 1.35-38 « Le lendemain, bien avant l’aube, en pleine nuit, il se leva et sortit. Il alla dans un lieu désert pour y prier. Simon et ses compagnons partirent à sa recherche. Quand ils l’eurent trouvé, ils lui dirent : Tout le monde te cherche. Allons ailleurs, leur répondit-il, dans les villages voisins ! Car c’est pour cela que je suis venu. Et il partit à travers toute la Galilée : il prêchait dans les synagogues des Juifs et chassait les démons. » 

Lisez bien les versets précédents dans Marc 1.32-35 « Le soir, après le coucher du soleil, on lui amena tous les malades et tous ceux qui étaient sous l’emprise de démons. La ville entière se pressait devant la porte de la maison. Il guérit beaucoup de personnes atteintes de diverses maladies. Il chassa beaucoup de démons et leur défendit de parler, car ils savaient qui il était. » 

Voici trois actions concrètes à mener pour prendre un temps privilégié avec Dieu :

1 – Être intentionnelle comme Jésus

Comment l‘être ? / Comment faire?

« Le lendemain, bien avant l’aube, en pleine nuit, il se leva et sortit. […] »

Nous voyons dans le passage que Jésus a choisi un moment de la journée pour se consacrer à Dieu. Cela veut dire qu’Il avait pris un temps pour réfléchir, prendre des dispositions et se préparer afin d’honorer ses rendez-vous quotidiens avec le Père. 

Concrètement dans notre vie d’aujourd’hui, à l’aube de chaque saison nous sommes censé(e)s nous poser avec le Saint-Esprit pour réfléchir à notre routine et choisir intentionnellement notre temps quotidien avec le Seigneur.

Mais que dit la raison ? La raison me dit que cela n’est pas nécessaire de planifier mon temps avec Dieu, car j’arriverais à lui accorder du temps quoi qu’il arrive. Et puis, Il connait mon cœur. La raison m’amène à juger certaines tâches plus importantes et nécessitants une planification contrairement au temps consacré à Dieu. 

2 – Être discipliné(e) comme Jésus 

« Le lendemain, bien avant l’aube, en pleine nuit, il se leva et sortit. […] »

Jésus était très discipliné ! Revenons à Marc 1. Nous y voyons Jésus exercer son ministère jusque tard dans la nuit et nous le voyons le lendemain se lever bien avant l’aube, en pleine nuit. Vous êtes-vous déjà posé la question suivante : comment Jésus se réveillait-il avant l’aube sans réveil ?? J’ai médité sur cette question, et j’ai fait des recherches. Bien sûr il n’y avait pas de réveil à cette époque. Il ne pouvait pas non plus se lever au chant du coq puisque c’était avant l’aube. Il n’y a que deux possibilités : soit Il demandait à un guetteur de le réveiller/soit c’est son horloge interne qui le réveillait chaque matin. Pour être moi-même réveillée chaque matin avant que mon réveil ne sonne, je sais que cela est possible. Je sais aussi que cela ne se fait pas en un jour et qu’il faut de la constance. Il faut garder le même rythme. Cette possibilité nous montre que Jésus était très discipliné et que malgré les circonstances, le rythme du quotidien, sa routine ne changeait pas. 

Concrètement dans mon quotidien cela se traduit comme ceci : mon réveil est programmé du lundi au vendredi et parfois le week-end. Je le programme pour me lever bien avant tout le monde. Je me prépare un café et je m’installe dans mon canapé seul avec Dieu. J’aménage un temps suffisant pour me consacrer. 

Mais que dit la raison ? La raison me pousse à vouloir dormir plus pour affronter une nouvelle journée. La raison me pousse à prendre un temps avec le Seigneur après avoir dormit plusieurs heures et non quelques-unes. 

3 – S’isoler comme Jésus pour éloigner les distractions

Il alla dans un lieu désert pour y prier. Il a décidé INTENTIONNELLEMENT de passer un temps seul à seul avec Dieu, loin des distractions. Qu’elles étaient ces distractions ? Les personnes autour de Lui (les disciples et les gens du village) et ses responsabilités. 

Voici comment cela se traduit dans mon quotidien : si Romain et moi sommes réveillés, nous choisissons de nous mettre chacun de notre côté. Le téléphone est en silencieux et les notifications sont désactivées. Je m’efforce –oui ça me demande encore des efforts- à ne pas me rendre sur les réseaux sociaux, à ne pas consulter mes e-mails ou bien la météo. Un article existe déjà sur le blog pour vous aider à bien gérer votre téléphone. Le but est de garder toute mon attention pour Dieu et le matin est le moment idéal pour moi. 

Mais que dit la raison ? La raison me pousse à passer du temps avec Dieu sur ma couchette avec les disciples autour de moi. En priant, en fermant les yeux pour occulter le reste, sûrement un quart d’heure, voir une demi-heure. C’est tout de même du temps avec Dieu, ça se prend. C’est mieux que rien. 

Comment pouvez-vous aménager un temps dans votre emploi du temps quotidien pour le passer avec Dieu ? Quelles sont les mesures nécessaires à mettre en place pour ne pas être dérangé(e)s ? Êtes-vous prêtes à investir votre temps autrement ? Êtes-vous prêtes à vous consacrer plus ?

Matthieu 6.6 « Mais toi, quand tu veux prier, va dans la pièce la plus retirée, verrouille ta porte et adresse ta prière à ton Père qui est là dans le lieu secret. » 

L’appel de Dieu à quitter mon pays

L’appel de Dieu à quitter mon pays : comment  l’ai-je discerné ? Comment ai-je marché dans la foi ? Comment ai-je réussi à demeurer sur ce chemin ?  

Entre les circonstances, les vents contraires, la confusion, les idées préconçues, les scénarios, mais aussi les raisonnements… Seigneur… ce parcours  n’a pas été simple ! L’épreuve de notre foi à a produit la patience. Oh que oui, la patience a fait son œuvre et elle était nécessaire, je m’en rends compte aujourd’hui.

Depuis que nous sommes mariés, le Canada a toujours fait partie des désirs de notre couple. Mais ce n’était rien de plus qu’une idée, un rêve que nous n’aurions jamais osé réaliser. Je me souviens encore d’avoir  discuté d’un hypothétique jour où l’on vivrait dans les alpes françaises par exemple, mais le Canada ? Ce n’était pas envisagé sérieusement.

Et pourtant…

Cela fait maintenant un peu plus d’1 an que nous sommes arrivés au Québec. Nous avons atterri le 13 février 2019 avec 4 valises, notre chien et Baby Nath qui à cette époque  était encore dans mon ventre et qui 1 mois plus tard  arriva dans une stationservice. Et oui! *

Retournons trois ans en arrière, en 2017. Nous étions en pleine rénovation de notre maison et nous vivions chez mes parents, car la maison n’était pas habitable. Alors que nous étions dans la salle de bains avec Romain un samedi matin, je me souviens avoir eu une pensée soudaine que je lui ai partagée : Et si le Seigneur nous demande de vendre la maison lorsqu’elle sera terminée  es-tu prêt ? On se regarde et… on se met à rire ! L’idée était complètement absurde selon notre entendement, mais on s’est dit, s’il le faut alors oui. Ce que je ne savais pas c’est que cette pensée était inspirée par l’Esprit. 

En juillet 2017, nous rentrons enfin dans notre maison qui était quasiment terminée. Une grande victoire et un soulagement pour nous. Nous avons emménagé le matin et l’après-midi je suis allée faire quelques courses. Pendant ce temps Romain se reposait sur le canapé. En revenant je ressens une pensée nouvelle monter dans mon cœur, celle de partir vivre au Canada. Bizarrement je ne me sentais plus à ma place dans cette maison, ici, ça n’avait tellement pas de sens. Le soir venu, je lui partage cette pensée et c’est alors qu’il dit avoir eu la même pensée pendant mon absence ! C’est à cet instant précis que les choses ont commencées. A ce moment que j’ai ressenti l’appel de Dieu à quitter mon pays.  

Nous avons porté ce sujet en prière régulièrement. Petit à petit des aspirations nouvelles se sont manifestées. Cette envie de fonder notre famille au Canada par exemple. Une conviction intérieure forte c’est tout ce que l’on avait.

En octobre 2017, (soit 4 mois après avoir reçu cette conviction) nous avons participé à une réunion prophétique et un couple de canadiens nous donne une parole de Dieu (enfin!) en voici une partie : vous allez devoir faire un pas de foi comme Abraham lorsqu’il a quitté son Pays.  Proverbes 3.5 Confie-toi en l’Eternel et ne te repose pas sur ton intelligence (tes raisonnements, ta sagesse). Waouh ! Cette parole vient confirmer et en même temps elle ne me convient pas, Abraham ne savait pas où il allait, mais moi je veux TOUT savoir ! Ahah. Cette parole et ce verset biblique ont été comme une ancre, un garde-fou pendant toute la longue période d’attente. Merci encore Seigneur pour Ta Parole.

Je voulais tellement qu’une personne se lève dans l’église pour dire : Emmanuelle, Romain, vous devez vous rendre à BROMONT au Québec le 13 février 2019. J’en ris aujourd’hui, mais je pense que nous sommes toutes un peu comme ça, non ? En tout cas, ça a été la SEULE parole reçue, oui, oui!

Sur les conseils de ce couple, nous avons acheté une carte du Québec et avons prié encore et encore. Je me souviens m’être plantée devant cette immense carte, complètement perdue à me demander : mais où allons-nous aller ? À cette période nous avions commencé à suivre les cultes de l’Eglise de la Victoire avec le Pasteur Joël Spinks chaque dimanche. Une pensée me traversa l’esprit : Et si le Seigneur nous voulait là-bas ?

Fin d’année 2017, nous avons décidé d’aborder le sujet avec un nombre restreint de personnes. Je pense que cela a été une erreur ou pas… je ne sais pas. Mais, à partir de ce moment-là, je suis entrée dans une période intense de confusion. En plus de mes propres raisonnements, j’ai dû affronter l’avis de la famille, de l’église et tout le monde a mis son grain de sel. Une période très difficile. La fin d’année 2017 a été noire et remplie de brouillard. Je pleurais beaucoup. Toutes les circonstances étaient contre nous. Nous n’avions pas de soutien et c’est seuls que nous avons dû avancer.  Je ressentais une conviction forte, mais je culpabilisais de laisser ma famille, je ne trouvais rien de logique dans tout ça. Lorsquon me posait des questions comme : qu’est-ce que vous allez faire là-bas ? Où est-ce que vous allez exactement ? J’étais incapable de répondre. Je recevais des conseils de tous côtés, des rêves  soi-disant reçus de Dieu pour nous dire que nous suivions les désirs de notre chair. Oh là là,  je m’enfonçais encore plus dans le brouillard. C’était trop. Pourtant, lorsque j’allais auprès de Dieu, tout était clair. Le domaine de la foi était pour nous quasiment inconnu ! Comment combattre ? Comment rester dans la paix ?

Voyant dans quel état tout cela me mettait, avec Romain nous avons décidé d’arrêter de partager sur notre possible départ au Canada. Et nous avons continué notre route à trois, avec le Saint-Esprit d’amour. Dans des temps de consécration profonde, je suis enfin sortie de la confusion et en plus d’avoir une conviction attachée à mon cœur une nouvelle mesure de foi s’est levée en moi, en nous. Allons-y ! Suivons l’appel de Dieu.  Nous avons donc fait un nouveau pas de foi celui de nous inscrire dans le bassin de l’immigration des Permis Vacances Travail pour le Canada.

L’appel de Dieu à quitter notre pays, ça y’est nous y sommes.