5 décisions à prendre pendant le confinement

C’est une situation surprenante que nous vivons, mais pas tant que ça quand on y pense bien. Alors que nous vivons dans ce temps de pandémie il est plus que nécessaire de faire les bons choix pour faire sortir un vin nouveau de notre vie. Nous avons besoin de nous consacrer davantage au Seigneur. Alors que nous sommes coupées de beaucoup de choses, c’est aujourd’hui une opportunité pour nous approcher de Dieu.

Acceptons le confinement mais pas le virus. La première des choses est de faire la différence ici et de ne pas attribuer à Dieu ce qui vient du diable. Malheureusement j’ai entendu toutes de sortes de discours et ce qui revient assez souvent est que Dieu permet cette situation pour que nous nous approchons de Lui, pour nous punir et j’en passe. Dieu n’envoit pas la maladie pour apprendre la vie à ses enfants. Dieu n’envoit pas la maladie pour nous guérir ensuite. Nous savons qu’en vivant dans ce monde nous connaitrons des tribulations. Il y a un diable ici, ne l’oublions pas. Notre Dieu est BON ! La deuxième est d’accepter le confinement. Certaines personnes le vivent très bien mais d’autres luttent intensément. Malheureusement en luttant ainsi on rate l’opportunité de mettre à profit cette période. On rate l’occasion de passer plus de temps avec Dieu, de recevoir des révélations ou tout simplement de se reposer ! 

Choisissons bien notre nourriture. Quelle nourriture avons-nous choisie pour notre âme et notre esprit ? Les premiers jours de « confinement », je passais mon temps à scruter les infos sur TVA nouvelles ou BFMTV. Je regardais les commentaires sur certaines publications. Toutes les dix minutes j’actualisais le fil d’actualités pour voir les nouvelles informations. En faisant cela, j’ai perdu petit à petit ma paix. La peur est venue se loger dans mon âme comme une voleuse, je ne l’ai pas vu arriver. Dans mon temps avec le Seigneur, j’ai entendu Sa voix douce dans mon esprit me dire que l’actualité était devenue une nourriture. En faisant cela j’ai donné accès au diable pour m’effrayer. 

Il est bon de s’informer, d’être au courant de ce qu’il se passe pour agir avec sagesse et obéir aux autorités. Mais il est mauvais de « manger de l’actu ». Nous le savons, lorsque nous changeons de nourriture, notre témoin intérieur nous le fait ressentir. 

Notre nourriture prioritaire et suprême doit être la Parole de Dieu. Alors que j’ai rectifié ma façon de faire, j’ai vu un changement radicale dans mon cœur. C’est la même chose pour le reste et dans la vie de tous les jours. Se nourrir à forte dose de Netflix, de télévision, de réseaux sociaux c’est assurément une chose mauvaise pour nous. 

Ne faisons pas du confinement une occasion (et une excuse) pour visionner toutes les séries de Netflix. Par exemple, moi je regarde Pékin express et Top Chef (oui, oui) mais à petite dose. 

Partageons des bonnes choses sur les réseaux sociaux ! Tout le monde est chez soi et donc la présence sur les réseaux explose. Nous voyons toutes sortes de partage sur Facebook et Instagram. Des discours complotistes, des vidéos buzz qui diffusent des mouvements de crainte. Choisissons ce que nous voulons véhiculer. Pensons aux personnes qui vont nous lire. Ayons des discours encourageants, fortifiants pour notre âme et nous poussant toujours à nous approcher de Dieu. Transmettons l’amour. Arrêtons d’aider les médias et le monde en diffusant des informations troublantes et effrayantes.

Consacrons-nous encore plus ! Quel moment idéal pour se mettre à part et approfondir sa relation avec Dieu. Quel moment propice pour décider de changer ses habitudes. De mon côté j’ai décidé de passer plus de temps personnel avec Dieu. Mais pas seulement. Avec Romain nous étudions la Parole et prions régulièrement. 

Ayons conscience de la situation. Ne prenons pas la situation à la légère. Il y a malheureusement beaucoup de personnes touchées de près ou de loin. Nous devons nous placer à la brèche et intercéder. 5 décision5

Facebook cette arène de la chair

Alors que Facebook devrait être un endroit comme les autres pour manifester de l’amour, il est en fait une arène où notre chair se lâche. 

Lorsque je me promène sur Facebook, je suis parfois choquée du contenu que je découvre.  Sans compter les informations dérangeantes et toxiques. Nous agissons avec Facebook comme si c’était un monde à part, un monde dans lequel nous pouvons agir sans conséquence. Un monde dans lequel la souveraineté de la Parole de Dieu n’a pas Sa part. Nous nous permettons de faire et de dire des choses parce que sur cette plateforme nous pensons avoir le feu vert (mais de qui ?).

Nan… sérieusement j’exagère? Je ne pense pas.

Nous faisons ou disons des choses sur Facebook que nous n’oserions jamais faire dans la « vraie » vie, et oui! Nous partageons des informations, des enseignements, des vidéos, des versets et des citations, avec une grande légèreté sans penser à l’impact que cela peut avoir sur les personnes de notre communauté. Allons-nous les amener dans la confusion ? Est-ce que ce que nous partageons a du sensAllons-nous encourager quelqu’un ? Que nous dit notre témoin intérieur ? Nous diffusions et commentons les faits divers qui en plus de nous nourrir, nourrissent notre communauté de peur, de désastre et j’en passe.

Parfois nous partageons avec de mauvaises motivations, nous voulons revendiquer des idées, montrer à certaines personnes des vérités pour les écraser. Nous passons des messages subliminaux, nous voulons prouver notre grande profondeur et notre spiritualité. Nous perdons notre temps à débattre dans des commentaires, nous réagissons à des publications pour accuser, réprimander, se moquer, pour… jouer au Pharisien ! Nous fusillons des enseignants de la Parole de Dieu, nous perdons notre temps à jouer au détective pour avertir le peuple de Dieu d’un soi-disant « danger » en mettant en avant notre « don » de discernement (bien entendu).

Quelle perte de temps.

Au lieu d’utiliser cette énergie pour manifester l’amour, (bah oui, voyez-vous de l’amour dans tout ce qui vient d’être décrit ?)  nous l’utilisons sans intelligence et sans sagesse ou pire encore nous l’utilisons pour détruire.

Nous sommes appelé(e)s à l’utiliser avec droiture, sobriété, sagesse et discernement. Lorsque nous souhaitons partager des enseignements nous devons réfléchir à l’IMPACT. Que nous le voulions ou pas, nous sommes RESPONSABLES et nous aurons à rendre des comptes pour toute parole VAINE prononcée. (Matt.12.36)

 

Au lieu de rechercher l’unité, de nous accueillir, nous aimer les uns et les autres,  et de rendre gloire ensemble au Dieu manifesté en Jésus Christ, nous choisissons une toute autre voix.

Romains 15.2

2 Que chacun de nous cherche à plaire à son prochain pour son bien, en vue de le faire grandir dans la foi.
3 En effet, Christ n’a pas recherché ce qui lui plaisait, mais, comme il est écrit, les injures de ceux qui t’insultent sont tombées sur moi.
4 Or tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction afin que, par la persévérance et par le réconfort que donnent les Écritures, nous possédions l’espérance.
5 Que le Dieu de la persévérance et du réconfort vous donne de vivre en plein accord les uns avec les autres comme le veut Jésus-Christ,
6 afin que tous ensemble, d’une seule voix, vous rendiez gloire au Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ.
7 Accueillez-vous donc les uns les autres comme Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu.

 

Remettons-nous sérieusement en question, moi la première je l’ai fait. Posons-nous les bonnes questions.

Pourquoi je partage cette publication/enseignement/vidéo : pour édifier ? encourager ? aider à la croissance ?

Dans quel but vais-je commenter cette publication ? Comment mon message sera-t-il perçu ?  Est-ce utile de le faire ? 

Mes motivations profondes sont-elles basées sur l’amour ?

 

Décidons d’être des lumières, des porteurs et porteuses de la gloire de Dieu. Afin de faire la différence. Rejetons tout ce qui n’est pas produit par l’amour et par l’Esprit-Saint.

 

Cherchons à aimer,  que cette arène de la chair se transforme en place de gloire.  

 

  Crédit photo : Romain Bourse

 

 

Un environnement bien rangé pour des idées ordonnées et mieux consommer

Notre maison révèle beaucoup sur nous. Je me souviens lorsque j’ai fait l’académie des conquérantes (cliquez-ici pour découvrir le programme qui a changée ma vie, n’hésitez pas si vous avez des questions) j’ai fait un GROS trie dans mes affaires à la maison. En apparence, ma maison était très bien rangée, mais un tas d’affaires se cachaient dans les tiroirs, les penderies, les armoires. Des choses que je traînais avec moi depuis des années, ou qui n’étaient juste pas rangées. C’était révélateur de beaucoup de choses, en voici quelques-unes :

J‘étais un caméléon, je changeais de masque en fonction des personnes. 

J’avais beaucoup de blessures non traitées. 

Je ne connaissais pas mon identité en Christ.

Ce processus à prit fin je dirais récemment avec notre déménagement au Canada, nous avons dû TOUT laisser en France. Arf Autant dire que cela fut douloureux.

Aujourd’hui, je prends plaisir (enfin!), à mettre de l’ordre dans chaque pièce et surtout à ne plus amasser un tas d’affaires inutiles.

Je me sens tellement mieux dans ma tête, tellement plus organisée de façon naturelle, sans forcer. Voici un aperçu du processus, je pense avoir beaucoup de choses à vous partager dans les mois qui viennent.

Côté garde-robe :

C‘est terminé le flot de vêtements qui s’amasse dans la penderie.

Je range tout avec soin, et plie de façon à lire les choses rapidement dans mes tiroirs

Je choisis avec précision chaque vêtement que je souhaite dans ma garde-robe, je ne veux plus de quantité, mais de la qualité.

J’ai décidé de prendre soin et d’apprécier ces biens. J’aime les belles choses, et je m’en contente.

Oui, je me contente de beaucoup moins, préférant la qualité. (ça va tellement plus vite de choisir sa tenue le matin!)

Côte objets de la maison : 

Lorsque je n’utilise plus un objet, un appareil, je m’en sépare sans plus attendre.

J’achète à présent beaucoup plus d’occasions. Si vous voyez la quantité d’affaires que j’ai vendue en France, tout était neuf ou en bon état et nous avions vendu à prix cassés… Je me dis, que je peux trouver la même chose, pour moi sur le net! Donc finis de jeter l’argent par les fenêtres. Ça l’a, ça était pour Romain et moi-même un véritable changement de pensées ! Nous avons tiré une belle leçon de notre expérience en France.

Je décide d’utiliser des produits, plus… naturels ! Et finit de cumuler toutes sortes de produits sous levier. J’ai réduit de trois-quarts. Et ça respire tellement l’ordre tout ça 😌.

Je vous encourage, si vous vous sentez brouillon actuellement et désordonnée dans votre tête, à d’abord faire un trie chez vous. Un pas à la fois.

Photo by Priscilla Du Preez on Unsplash

 

Pourquoi ai-je accouché naturellement ?

Pourquoi ai-je accouché naturellement ?

Pour certaines femmes, cela n’a jamais était une option et pour d’autres comme moi, oui.

Lorsque je suis tombée enceinte, j’ai eu les symptômes classiques (nausées…) et dans cette période alors que je n’étais absolument pas en forme, plusieurs questions sont venues envahir mon esprit. Qu’en est-il de la volonté de Dieu que ce soit pour les symptômes et les douleurs de l’enfantement ? N’a-t-il pas tout pris à La Croix ? Mais peut-être avait-il oublié cette partie-là ?

Mon mari, a contribué énormément à ma réflexion, lui étant persuadé que je ne devais pas souffrir. D’ailleurs, je le remercie encore, c’est un homme de foi !

Mon premier combat à été donc contre les symptômes, je voulais voir de mes propres yeux que ces douleurs ne font pas partie de ses projets pour nous. Je vous invite à lire l’article à ce sujet sur les symptômes de grossesse. J’avais ce besoin de mettre ma foi en action, avant de prendre cette ultime décision “avec ou sans la péridurale ? “.

J’ai pu ressentir cette grâce surnaturelle dans mon corps, j’étais en pleine forme ! Ce qui est encore plus incroyable, car nous avons déménagé au Canada à mon huitième mois de grossesse (et non personne n’a rien vu à l’aéroport !) et arrivé au Québec, nous avons changé 4 fois de logement ! Tout cela peut sembler fou (et ça l’est) et laisser paraître un manque de sagesse, et c’est le cas si le Seigneur n’est pas dans la place, si ce n’est pas Lui qui vous amène à faire ces choix. Mais si c’est Lui, alors avec la vision Il donne la provision ! En passant, voilà pourquoi nous devons, nous garder d’avoir un avis sur les situations des personnes extérieures, qu’en savons-nous si ce n’est pas Dieu qui les conduit ? 

 

Je ne voulais pas accoucher naturellement en étant motivée par de mauvaises raisons, je n’ai rien à prouver, je veux juste que bébé aille bien. Cela a mis plusieurs mois, avant que la Parole de Dieu, ses versets prennent vie en moi et convainc mon cœur de telle sorte que je puisse le faire sans peur. Ce n’est qu’en arrivant au Québec, donc à la fin de ma grossesse que je me suis décidée à le faire.

Suite à un déclic, ces vérités suivantes sont tombées dans mon cœur :

 

 


Genèse 3 

16 Il dit à la femme : « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses. C’est dans la douleur que tu mettras des enfants au monde. Tes désirs se porteront vers ton mari, mais lui, il dominera sur toi. »
17 Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté ta femme et mangé du fruit au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : ‘Tu n’en mangeras pas’, le sol est maudit à cause de toi. C’est avec peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie.
Deuteronome 28  
3Tu seras béni dans la ville et dans les champs.
4Tes enfants, le produit de ton sol, les portées de tes troupeaux, de ton gros et de ton petit bétail, tout cela sera béni.
Galates 3 
     13 Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois 

 

 

Jésus nous a racheté de la malédiction, car Il est devenu Lui-même malédiction pour que nous puissions hériter de la vie éternelle et de ses promesses. Si la malédiction qui concerne l’homme dans Genèse est prise à  la Croix, alors les douleurs de l’enfantement citées dans le verset précédent en font partie ! Trop longtemps, j’ai combattu avec l’idée suivante, l’accouchement n’étant pas une “maladie”, cela n’a pas été prit à la Croix. Mais, dans Esaïe 53 au verset 4, il est bien indiqué qu’Il s’est chargé de nos souffrances et nos douleurs. Dans le jardin d’Eden avant la chute, la douleur n’était pas, n’existait pas. Jésus est venu restaurer cette communion que nous avions dans ce jardin, en nous faisant naître de nouveau par son Esprit.

Alors, oui, nous pouvons récupérer notre état originel qui est conforme au grand rêve de Dieu pour sa création, certes avec des difficultés à présent, notre environnement n’étant plus le même. Mais cela est possible !

Je suis là aujourd’hui, à écrire cet article pour vous dire que cela est possible et fait partie du plan de Dieu pour nos vies ! Nous sommes appelés à briller, à être différent, car nous sommes du Royaume, des enfants de la lumière. Alors, si vous vous posez encore la question, oui, j’ai vécu plus qu’un accouchement naturel, mais un accouchement surnaturel. Certes pas sans effort, mais rapide et pratiquement sans douleur. 

Dans un prochain article, je vous expliquerais le déroulement et comment j’ai vécu mon premier accouchement. 

Petite parenthèse et pas des moindres, ce que j’ai aimé durant ces temps particuliers, c’est encore une fois l’amour de Dieu, sa souplesse et sa compréhension à mon égard. Car, à aucun moment je me suis sentie obligée d’accoucher naturellement, je savais qu’Il ne serait pas déçu de moi, de mon manque de foi, si je n’allais pas au bout. J’entendais régulièrement dans mon esprit, que j’avais le choix, et que rien ne changerait à l’issue de cette situation concernant ses projets. Ce qui l’importait c’est que je grandisse dans ma foi, dans ma confiance en Lui. Et j’avais fait déjà des pas de géants concernant les symptômes. 

J’ai voulu voir encore plus de Lui, juste vivre une promesse de plus.

Voyons combien Il est bon envers nous, plein d’amour et de grâce, un Père glorieux. 

Avec amour

Était-ce en vain ?

Était-ce en vain ?


Le 29 avril, notre maison s’est officiellement vendue, enfin ! 5 ans, que nous avions achetés notre premier bien. Nous n’avions jamais loué mon mari & moi-même, nous voulions tout de suite monter d’un cran. Ce qu’il faut savoir, c’est que lui comme moi, nous venons de milieu modeste et avons vécu en cité rimant avec la délinquance et la pauvreté.

Autant dire que nous avions une idée de notre proche future très éloignée de là où nous avions grandi pour bâtir notre vie.

Un peu naïf (un peu beaucoup), nous nous sommes absolument pas rendu compte de l’ampleur des travaux. Et dans mon ancien métier (Agent immo), je me suis rendu compte que c’est l’erreur de beaucoup de jeunes comme nous, nous minimisons les choses à faire. Nous sommes rêveur et ignorons encore réellement la réalité de la vie.

En 5 ans, nous avons investi plus de 60.000 € de travaux ! Nous n’avions pas d’argent de côté à nos débuts (seulement pour notre mariage), et par la grâce de Dieu nous avons été bénis dans nos emplois respectifs. La faveur de Dieu étant avec nous, nous avions des salaires très très confortable, avec lesquelles nous avons pu tout financer sans prêt. (et donc, nous n’avons jamais réellement profités de ces salairesˆˆ)

Le Seigneur nous appelle à partir au Québec, je vous passe les détails. Nous la mettons en vente en sachant pertinemment qu’avec la baisse du marché sur le secteur et l’achat récent (5 ans c’est genre très peu), nous ne pouvions espérer récupérer en totalité notre investissement.

Et nous avions vu juste, par la grâce de Dieu elle s’est vendu légèrement au-dessus du prix du marché ce qui nous permet de récupérer environ un tiers de la somme.

Le constat est que nous avions travaillé dans cette maison durant 5 ans, où nous avons passés des temps très difficile, et avons frôlés le burn-out, au point que notre santé en a été impacté et notre vie spirituelle de très loin ! Nous n’avions jamais profité de nos salaires, nous étions toujours dans la retenu et nous avons perdu beaucoup, beaucoup, d’argents. Quand je pense à tout ces euros, on aurait pu faire un tas de choses !

Pour beaucoup, cette expérience expose un échec. Mais pour nous, cette expérience AU FINAL (il nous a fallu un peu de temps pour nous en rendre compte.) est révélatrice de notre état de cœur AUJOURD’HUI, et devinez, nous avons gagné beaucoup que quelques milliers d’euros… Nous sommes rentrés dans les plans de Dieu !

Nous avons tout abandonnés pour Dieu, tout notre confort et cela révèle que nous n’avons PAS l’amour de l’argent et que nous pouvons être des CANAUX de bénédictions pour notre famille et les âmes autour de nous !

Aujourd’hui, nous redémarrons avec rien ou presque, et nous voyons la main de Dieu dans nos circonstances.


 

Soyons prêts à relâcher et ne pensons pas comme le monde.

Pour moi, il n’y a pas d’échec lorsque nous suivons Christ, mais il n’y a que des preuves d’amour et des occasions multiples à travers nos vies de manifester sa gloire. 

Croyons en la bonté de Dieu et à son amour inconditionnel. Si dans votre vie aujourd’hui, vous savez que vous devez relâcher des choses financières ou non, faîtes ce pas de foi et soyez assurés que Christ vous tend les bras !

Avec amour,

 

Photo by Georgia de Lotz on Unsplash