Quand nous devons abandonner

Quand nous devons abandonner

 


 

Quand Dieu nous demande d’abandonner quelque chose…

faîtes-vous assez confiance au Seigneur pour le faire ? 

 


 

Comme vous le savez, si vous me suivez sur les réseaux, nous (mon mari, mon chien, le bébé dans mon ventre et moi) avons déménagés au Canada, plus précisément au Québec.

Cela fait un mois que nous y sommes, et je reprends enfin mon clavier pour vous écrire. J’avoue je n’attendais que ça, vous partagez certaines de mes expériences, pour vous encourager ou tout simplement occuper vos soirées 🙂

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de notre maison en France, oui parce qu’il y’a une histoire avec elle, et cela mérite bien un article !

Avec mon mari, nous avons acheté une maison il y’a maintenant presque 6 ans, fraîchement mariés, nous ne voulions pas partir en location, nous étions pleins d’ambitions (et de naïveté).

Nous avons achetés une maison sympa avec tout ce qu’il faut pour fonder une famille et s’y projeter pour une bonne dizaine d’années. Bon, oui, il y avait quelques travaux (quelques???).

Nous n’avions pas de gros revenus au moment de l’achat, avec un temps plein sur deux, vous imaginez un peu.

Au final, nous nous retrouvons avec une maison où nous avons JUSTE gardés les murs et la toiture, et nous voilà partie pour cinq années de travaux et d’extrême fatigue.

Au bout de trois ans, nous sommes parties vivre pour une durée d’un an chez mes parents, car les travaux étaient trop importants. Cette année, à été extrêmement difficile, je vous l’assure…

J’avais à ce moment un job sympa où je gagnais bien ma vie, mais forcément avec un rythme d’heures soutenues, mon mari même chose et le week-end, c’était encore la maison. Nous avons donc lâchés quelque temps notre église locale tellement que nous étions fatigués, nous voulions vite en finir. (Chose que je ne recommande à personne, Dieu doit être notre priorité!)

C’est à la fin de cette même année que les choses, on commençait à changer dans notre relation avec le Seigneur, où un demi-tour radical s’est opéré.

Je me souviens, un jour nous étions dans la salle de bain de mes parents et je dis à Romain “Bon ok on fait tout ça pour la maison, nous allons enfin avoir un magnifique intérieur, mais si Dieu nous demande de la vendre malgré tout ce que l’on à fait, es-tu prêt ? ” et Romain qui me dit “Mais pourquoi Il nous demanderait ça ? Mais oui, si nous devons le faire, alors nous le ferons”. C’était tellement prophétique à ce moment là. Le Saint-Esprit à parlé à travers ma bouche, mais je ne le savais pas encore.

 

Ca y est, la maison est terminée !! Nous rentrons enfin dans notre nouveau chez nous, enfin nous allons pouvoir vivre. Romain s’installe dans le canapé et soupire de soulagement, et moi, je pars au supermarché.

Au retour, je regarde ma maison et me dis à l’intérieur de moi-même : “Je ne sais pas pourquoi mais je ne suis pas satisfaite, pourquoi ne suis-je pas contente? Je ressens dans mon coeur qu’on doit partir au Québec”. Romain vient me voir pour me dire la même chose !

Bon, je ne crois pas au hasard mais plutôt au Saint-Esprit qui vit en nous. Et c’est là que tout à démarré. Un an et demi après, me voilà à vous écrire avec comme vue la neige du Québec.

Pourquoi je vous partage ce témoignage ? 

Il n’y a rien de mal à acheter une maison, à y faire quelques travaux. Mais nous ne devons pas être attachés au matériel. Nous ne devons pas laisser ces choses prendre la première place dans nos vies. Vous savez, nous avions investi énormément d’argent, nos salaires étaient absorbés par les rénovations, pour au final lors de la vente récupérer à peine le quart de nos travaux (et non de la valeur de la maison). Comme la majorité des jeunes, nous avons fait un crédit. Mais nous savons que c’est Dieu notre source, et Il détient toutes richesses, et nous sommes bénis car nous sommes ses enfants.

Nous avons fait énormément d’erreurs, mais la plus grave a été de mettre Dieu de côté.

Nous avons dû relâcher, et tout lui abandonner, tout lui donner. Ce n’est pas facile, mais lorsque nous prenons conscience de qui est notre Père, alors nous pouvons avancer avec confiance. Nous ne devons pas nous attacher à l’argent, ni compter sur l’argent, mais nous devons compter sur Dieu, uniquement sur Lui.

Aujourd’hui, je vous parle de cette maison, mais dans votre vie cela peut être un travail, un compte en banque, et pleins d’autres choses qui vous empêchent de compter uniquement sur le Seigneur.

Revoyez vos priorités, je vous encourage à Lui faire totalement confiance car Il est fidèle et aujourd’hui je vois la main de Dieu comme jamais je ne l’ai vu, sa Faveur nous accompagne chaque jour, nous qui sommes ses enfants.

Nous devons être des canaux de bénédictions, et laisser Dieu être Dieu dans TOUTES les sphères de nos vies.

 

A bientôt pour un autre témoignage !

 

Photo by Trent Szmolnik on Unsplash

Ayez confiance au Saint-Esprit

Ayez confiance au Saint Esprit Photo de Tyler Nix sur Unsplash

Ayez confiance au Saint-Esprit

 

Nous sous-estimons bien trop souvent le Saint-Esprit. Nous pensons qu’Il nous guide que pour des grandes décisions. Mais aussi, nous avons un manque de confiance en Lui.

 

Pourquoi ? Il y’a je pense 2 possibilités : 

La première est à cause de notre manque de consécration, notre manque d’intimité avec Lui. Nous n’arrivons pas à discerner sa voix.

Si vous vous retrouvez dans cette possibilité, je vous encourage à approfondir votre relation avec la trinité. Passez du temps dans sa présence d’une façon quotidienne et profonde. À force de demeurer dans sa présence, mais aussi à méditer la Bible vous pourrez reconnaître sa voix et ainsi développer votre confiance en Lui.

La seconde, est le manque de foi, et donc de confiance en celui qui vit en nous.

Nous passons du temps dans sa présence, mais à cause peut-être de mauvais raisonnements, d’idées préconçues nous ne l’entendons qu’occasionnellement. Pas, parce qu’Il nous parle de manière occasionnelle mais parce que nous écoutons notre propre intelligence et les pensées du diable, sans y prendre garde. Or le Saint-Esprit nous parle de manière régulière, n’oubliez pas qu’Il est notre conseiller.

 


 

Dans notre quotidien, Dieu nous parle de diverses manières à travers son Saint-Esprit en voici certaines…

 

Celles qui sont… comment dire, plus faciles à saisir ou à comprendre ?

La Bible : Avant tout, Il nous parle à travers Sa Parole. Le Saint-Esprit nous révèle des vérités à travers les versets, nous aide, nous console, nous guide, nous fortifie, nous donne des directions…

Vision/Rêves

Audiblement 

Une visitation

 

Celles qui sont… plus difficiles à saisir et à vivre dans notre marche quotidienne :

Le témoignage intérieur : Le Saint-Esprit nous conduit par sa paix, mais pas la paix comme le monde la donne. C’est-à-dire basée sur les circonstances de la vie. Mais celle de Jésus qui dépasse les raisonnements, les circonstances et l’intelligence. Le témoignage intérieur demande de la foi, du discernement et de la CONFIANCE.

Les convictions de coeur : Le Saint-Esprit place dans notre coeur ses désirs, ses attentes.

Ses pensées : Il nous insuffle ses pensées, bien souvent elles sont douces et toujours respectueuses de notre volonté. À la différence, le diable ne nous respecte pas en imposant ses idées à notre Esprit, c’est pour cela que nous devons les chasser.

 

 

Le Saint-Esprit veut être notre guide quotidien, notre partenaire et entretenir une relation avec nous. Que ce soit dans les petites décisions, comme dans les grandes, Il veut nous conduire dans TOUTES choses.

 

Je vous encourage, à développer votre relation avec Lui et à OSER l’écouter, oser marcher par la foi en faisant ce dont Il dit de faire dans votre coeur. N’attendez pas un ange qui tombe du ciel, ou une grosse voix qui s’impose à vous, ou bien encore des prophéties et prophéties. Mais recherchez à être guidé comme Lui Il veut vous guider.

Osez la confiance, je préfère me tromper dans ces conditions que de me tromper parce que j’ai volontairement occulté sa voix.

Car oui, nous allons nous tromper, c’est comme ça que nous apprenons à discerner.

Il faut coopérer et vous soumettre à sa volonté. 

 

Crédit photo : Tyler Nix sur Unsplash

 

Ressource : Magazine octobre 2018 des Ministères Leslie Passerino, rubrique consacrée à la confiance.

Ayez confiance en Dieu !

Ayez confiance en Dieu Photo par James Hammond sur Unsplash

Ayez confiance en Dieu !

 

Bien souvent, à cause de notre passé, nous avons des difficultés à faire confiance. Que ce soit en nous (cliquez-ici, pour lire l’article : 2 clés pour sortir du manque de confiance en soi), aux autres et à Dieu.

La confiance en Dieu n’est pas quelque chose d’innée et que la chair affectionne. Nous devons apprendre à faire confiance à Dieu.

Pas qu’Il est des choses à prouver (bien que dans sa grâce, Il nous montre chaque jour sa fidélité), mais plutôt d’opérer en nous un travail par le chemin de la foi.

La foi est la ferme assurance des choses qu’on ne voit pas, des choses que l’on espère. La foi, c’est une manière de posséder déjà par avance, c’est une substance, une puissance. (Heb 11.1)

La confiance ne va pas sans la foi. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est si difficile de vivre par la foi, car nous allons à l’encontre de notre chair et notre raisonnement.

 

Nous voyons dans l’Ancien Testament, le peuple d’Israël est resté 40 ans dans le désert parce qu’il n’avait pas confiance en Dieu et avait une mauvaise attitude. Et Dieu désir ardemment notre confiance, car sans ce lien particulier nous ne pouvons vivre en communion parfaite avec Lui. Car le juste vivra par la foi.

 


 

Comment progresser dans ma confiance ?

Voici quelques conseils que j’ai appliqué dans ma vie et qui ont portés du fruit.

 

Nourrissez-vous de la Parole de Dieu en lisant des récits de foi, il y en a un tas dans l’Ancien comme dans le Nouveau.

Lisez des versets sur la nature de Dieu, sa fidélité, son amour.

Passez chaque jour du temps avec le Seigneur et laissez-vous conduire par son Esprit. C’est dans votre relation quotidienne que la confiance va se construire et évoluer.

Obéissez. Dieu va vous demander des petits pas de foi, afin de bâtir cette relation de confiance. Lorsque vous serez fidèle dans les petites choses, il vous en confiera de plus grandes et ainsi de suite.

Cherchez des témoignages de vie de foi, que ce soit dans des autobiographies et autres.

Attendez-vous à ce qu’Il agisse, car Il le fera assurément.

Faîtes vos propres expériences, ne vous contentez pas du vécu des autres. Il faut vivre une vie de foi !

 

 

Proverbes 3 : 5

Mets ta confiance en l’Éternel de tout ton coeur et ne te repose pas

sur ta propre intelligence (ton raisonnement, tes pensées).

 

Crédit photo : James Hammond sur Unsplash

Ressource : Magazine octobre 2018 des Ministères Leslie Passerino, rubrique consacrée à la confiance.

2 clés pour sortir du manque de confiance en soi

2 clés pour sortir du manque de confiance en soi Photo de Priscilla Du Preez sur Unsplash

Manque de confiance en vous ?

Le manque de confiance en soi, nous empêche d’être pleinement épanouie, pleinement nous.

Depuis mon plus jeûne âge, j’ai manqué cruellement de confiance en moi-même. Entre les paroles blessantes que je recevais à l’école, le regard des autres, et le manque de parole d’encouragement, je ne me sentais jamais à la hauteur.

Je pensais toujours que ce que je faisais ne plaisait pas, qui j’étais ne plaisait pas non plus. Et cela à durée jusqu’à mes 25, 26 ans. En grandissant, cela a développé en moi une compétitivité, je voulais toujours être la meilleure. L’une des meilleures à l’école, l’une des meilleures à la boutique de chaussures, la meilleure vendeuse de l’agence immobilière. Il n’y a rien de mal à se donner les moyens, mais mes motivations étaient mauvaises.

J’étais un caméléon, prête à changer de masque au gré des personnes. Mais Emmanuelle, où es-tu là-dedans ?

 


 

Il est triste de voir que nous avons autant ce problème que les non-croyants.

Deux principales causes ressortent en général :

Les blessures & le manque de connaissances de notre identité en Christ

 


Comment se sortir de ce cercle vicieux ? 

1ère clé : En traitant vos blessures.

De quoi souffrez-vous ? De rejet ? D’humiliation ? D’abandon ? Et j’en passe. Inconsciemment, nous traînons avec nous des blessures que nous pensons régler ou à laisser derrière nous, très, très loin. C’est une grosse erreur, voilà ce que je vous conseille.

 

  • Prenez un temps dans la prière et demandez au Saint-Esprit : quelle est la racine de ce manque de confiance ?
  • Vous allez avoir à votre esprit des souvenirs, peut-être d’enfance.
  • Remettez ces souvenirs entre les mains de Dieu.
  • Pardonnez aux personnes qui vous ont fait du mal, pardonnez-vous et demandez pardon à Dieu d’avoir développé un caractère inadapté.
  • Recevez la guérison par la foi (très important).
  • Demandez à Dieu de vous aider à rééduquer votre âme.

Comment ? Par votre consécration, en approfondissant votre relation avec Dieu par la méditation de la Bible et la prière (Rom12.2).

En renouvelant vos pensées, par la Parole. Nourrissez vos pensées de tout ce qui est bons aux yeux de Dieu (Phil 4.8).

2ème clé :  En connaissant votre identité en Christ.

Lorsque les blessures sont traitées, vous êtes fin prête à découvrir votre identité.

Posez-vous cette question : comment Dieu me voit-Il ? 

 

  • Je suis élue et bien-aimée. Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience (Colos 3.12).
  • Je suis l’ouvrage de Dieu, née de nouveau en Christ pour faire son oeuvre. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions (Eph 2.10).
  • Je suis sainte et justifiée. L’homme nouveau , créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité (Eph 4.24)
  • Je suis réconciliée avec Dieu. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation (2Cor 5.19).
  • Je suis née de Dieu et Christ demeure en moi. Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi (Jean 15.4).
  • Je suis membre du corps de Christ. Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part (1Cor 12.27).
  • Je suis héritière de Dieu. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l’Esprit de son Fils, lequel crie : Abba ! Père ! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils ; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu (Gal 4.6-7).
  • Je suis un enfant de lumière. Vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres (1Thess 5.5).
  • Je suis le temple du Saint-Esprit. Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous (1Cor 3.16).
  • Je suis l’amie de Christ. Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père (Jean 15.15).
  • Je suis un pèlerin dans ce monde.Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre…(1Pier 2.11)
  • Je suis citoyenne du ciel.Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ (Phili 3.20)
  • Je suis ce que je suis, par la grâce de Dieu.Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine ; loin de là, j’ai travaillé plus qu’eux tous , non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi (1 Cor 15.10).
  • Je serai comme Christ quand il reviendra.Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes . Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est (1Jean 3.1-2).

 

Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse (Ps 139.14).

 

Et maintenant, déclarez, déclarez, déclarez autant de fois qu’il le faut ces paroles ! Renouvelez votre pensée par ces vérités bibliques.

 

J’ai confiance en moi, car je sais qui vit en moi ! 

 

Je vous invite à télécharger le magazine d’octobre 2018 des Ministères Leslie Passerino, qui aborde dans l’une des rubriques la confiance. Cliquez-ici.

Crédit photo :  Priscilla Du Preez sur Unsplash

 

Comment j’ai réussie à survivre sans TV pendant plusieurs mois ?

Comment j'ai reussie à survivre pendant plusieurs mois sans TV ?

Comment j’ai réussie à survivre sans TV pendant plusieurs mois ?

 

La TV était une source de distraction terrible dans mon quotidien, malgré toute la bonne volonté j’avais constamment ce besoin d’avoir un “bruit de fond” dans ma maison.

Jeunesse TV, j’ai grandie devant l’écran donc pour moi ça faisait partie des meubles. Sauf qu’un meuble on ne le regarde pas durant des heures et il est là le problème.

Lorsque j’ai prie la décision de me dévouer à Dieu, le Saint-Esprit m’amena tout doucement à retirer le superflus et les distractions combien pesantes qui altérer mon écoute et mon niveau de consécration.

Et c’est de manière naturelle que j’ai compris qu’il fallait être radicale, si nous voulions des résultats radicaux dans notre propre vie.

Alors, je n’ai pas jeté ma télévision mais je ne l’ai juste plus allumée.  Mais si cela était nécessaire, je l’aurais fait (ou stockée chez quelqu’un).

 


 

Dieu rachète le temps n’est-ce-pas ? Un nombre incalculable de soirées, de midis, de matins s’offraient à moi !

À ce moment là, je travaillais encore dans l’immobilier et j’avoue que ça n’a pas été tant difficile que ça la semaine, vu les horaires que je faisais. Le week-end un peu plus, soyons honnête.

Jusqu’à ce que j’arrête de travailler, et là un vide immense s’offrait à moi à longueur de journée.

Là, c’était plus difficile et une mort à moi-même s’est opérée et pas que dans ce domaine. La télévision a été un élément dans mon processus, pas le processus en lui-même.

Parfois il m’arrivait de pleurer, de commencer des choses et ne pas les finir. De tourner en rond. De pleurer à nouveau et de me plaindre.

Dans ce vide, j’ai arrêté de résister. Petit à petit, j’ai commencé à avoir du goût, une soif plus intense pour Dieu. Plus je m’approchais de Dieu, plus les autres choses pâlissaient à sa lumière.  Je recevais dans mon cœur ses désirs, ses projets, je me suis mise à œuvrer et à travailler dans le secret. Et Dieu m’a transformé, je vous passe les détails.

 


 

Aujourd’hui, j’ai perdu le goût de la regarder et ce n’est qu’occasionnellement que je l’allume pour une soirée film par ex.

 

Si vous voulez que cela change, je n’ai qu’un conseil :  Soyez radicale ! Violente en Esprit. 

Jésus nous dit Mat 5:25 :

Si ton oeil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne.

 

J’ai une question pour vous :

Êtes-vous prêtes à souffrir, un peu de temps, juste un peu de temps, pour briser les chaînes et être réellement libre ? 

 

Partagez avec moi dans les commentaires.

 

Crédit photo :  Jens Kreuter sur Unsplash