J’ai renoncé à mes propres volontés

La chose la plus difficile et je pense que nous avons toutes cela en commun, c’est le renoncement à  nos propres volontés. J’ai plusieurs volontés, qui ont été construites avec l’éducation que j’ai reçue, l’environnement dans lequel j’ai évolué, les blessures infligées, et les enseignements qui m’ont bâtie. Dans tous ces facteurs, comme vous l’imaginez il n’y a pas que du bon et pourtant c’est sur ces bases-là que mes volontés se sont élevées, et que mes vérités se sont imposées. Bien entendu, le Seigneur a Ses volontés à Lui et elles, ne sont pas basées sur les mêmes fondements que les miennes. Elles sont basées sur ce qu’Il est Lui.  Et il y a tout un monde qui les séparent des miennes.

Je les trouvais tout à fait logique, tout à fait bonnes et légitimes. Difficile donc de lâcher. Surtout quand vous êtes un peu têtu comme moi…

Mais oui !  Je trouve que c‘est une bonne raison  pour éprouver de la difficulté à plier le genou… Mais en fait non, lorsque nous allons beaucoup plus loin qu’une expérimentation de Son amour et bien nous nous  rendons compte que Ses volontés sont bien meilleures, bien plus excellentes que les nôtres. Tel un amoureux qui courtise celle qu’Il aime, Il m’a laissée le temps et Il s’est contenté du peu que je lui donnais. Du peu de confiance que je lui accordais. Honnêtement, ce n’est pas évident de faire confiance à un Dieu qu’on ne voit pas. Qu’on ne peut pas regarder dans les yeux, ni toucher, ni sentir. C’est ce que je me disais parce qu’Il était comme un inconnu pour moi, un Dieu lointain. Aujourd’hui je m’identifie à ce verset de Jean 10.27 : mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent.

Chaque volonté que j’ai abandonnée était comme un saut dans le vide, je me sentais au bord du précipice en me disant : vat-Il être là? Vat-Il être fidèle ? Alors bon, je saute en fermant les yeux , mon coeur se lève, la peur me saisit quelques instants et hop… les bras de mon Sauveur me réceptionnent ! Un soulagement, ouf… Il est là ! Il a été là pour cette décision. De décision en décision, de renoncement en renoncement, Il est là. 

 

J’ai mis du temps, mais peu importe le temps, l’important est d’être sur ce chemin d’abandon. Vous savez ce chemin étroit sur lequel peu se trouvent. Ce chemin qui mène pourtant à la vie.

C’est l’histoire de toute une vie, au départ il y a beaucoup de résistances et c’est ce que j’ai éprouvées. Toute ma chair et ma logique criaient : MAIS QU’EST-CE QUE TU FAIS !!!!!!!!!!!!!!!! Tous les raisonnements conçus dans ma vie sont venus tel un mur devant moi, j’ai dû les escalader pour voir ce qui se passait derrière. Parfois il a fallu qu’ils se brisent en morceaux tellement ils étaient hauts, mais Dieu aplanit Ses sentiers, Amen !

Aujourd’hui encore (et cela pour toute ma vie), je dois prendre cette décision de mettre de côté une volonté lorsqu’elle ne correspond pas à Sa pensée. Je parlais de confiance plus haut et c’est ça nous devons avoir confiance en Lui. Il faut aussi accepter de retirer nos limites qui peuvent nous garder dans un cadre restreint. En prenant cette décision de faire Sa volonté chaque jour , on accepte de faire des choses qu’initialement on n’aurais jamais faites. Je fais des choses que JAMAIS je n’aurai cru faire. Certaines de ces choses font partie de mes désirs les plus profonds, mais que jamais je n’aurai cru accomplir. Ses pensées sont au-dessus de nos pensées humaines oui, mais puisque nous avons la pensée de Christ nous avons la capacité de la laisser s’élever dans nos vies.  Nous ne sommes plus orphelines, nous sommes filles du Très Haut nous avons Ses pensées et Ses voies en nous.

Avec du temps et un peu de recul on s’aperçoit qu’effectivement Jérémie 29.11 dit vrai :

Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance.

Dans un prochain post je partagerai quelques situations concrètes rejoignant cet article.

Crédit photo : Romain Bourse

 

Encouragement dans le renoncement

À travers cet article j’aimerais vous donner le goût de Jésus, vous montrer les bienfaits du lâcher prise. J’aimerais pour certaines vous encourager et vous dire que vous n’êtes pas seule à passer par là et que c’est «normal» ce que vous vivez. Pour d’autres, j’aimerais vous dire… n’ayez pas peur de cette étape, je vous encourage à lever vos yeux pour voir plus loin et réaliser la vie merveilleuse et incroyable qui vous attends si vous passez ce cap.

Lorsque nous voulons vivre une vie consacrée à Dieu et approfondir notre relation, le renoncement est capital.

Aujourd’hui je suis à la limite de faire de la publicité pour le RENONCEMENT. J’en deviens une fervente supportrice, une adepte qui n’est plus à convaincre de ses bienfaits. 

J’aime ce nouveau vin qui découle de ces temps de pression. J’aime la nouvelle créature qui se manifeste de plus en plus chaque jour. J’aime ce Jésus en moi et je suis prête à renoncer à d’autres choses si cela est nécessaire pour le voir encore plus. Du moins en l’écrivant à cet instant, je me sens comme prête. 

Ça n’a pas toujours été le cas je vous rassure (oui je ne suis pas différente de vous). Peut-être que pour certaines d’entre-vous, mon discours paraît quelque peu «bizarre» et c’est correct, je vous comprends, pour de vrai. 

Lorsque j’ai décidé de renoncer à ma vie –parce que ça commence par là– et à faire un véritable demi-tour, j’étais loin d’imaginer ce qui m’attendais, oh que oui. 

Renoncer pour moi était de ne plus pécher en quelque sortes. Seulement, j’étais loin mais très loin du vrai sens pour Dieu. Si vous connaissez mon témoignage * vous savez que j’ai quitté à peu près tout et ce changement a commencé par mon travail. Du jour au lendemain je me suis retrouvée seule à la maison face à Dieu et à moi-même, pour être honnête je nous fuyais tous les deux.

Au fil des jours et des mois, alors que je passais du temps chaque jour avec Jésus, Il m’a amené avec douceur à abandonner, à renoncer à un tas de choses comme… Des distractions, des relations (même dans l’église et oui), des achats compulsifs, ma propre volonté ouille, des ambitions (produisent par des mauvaises motivations), au bruit et bonjour le silence… Le brouhaha constant est devenu inexistant et je suis entrée petit à petit en profondeur l’opération GROS MENAGE du Saint-Esprit s’est enclenchée autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Cette période a durée plusieurs mois et elle a été très difficile.

J’ai beaucoup résisté pour contrôler cette période alors que la meilleure des choses à faire, la meilleure attitude à adopter est de lâcher prise

Je vivais une lutte intérieure intense, la lutte entre la chair et l’esprit. La lutte entre l’âme et l’esprit. D’un côté, je voulais m’abandonner entièrement et d’un autre je ne voulais pas lâcher les commandes et Lui faire totalement confiance. Je suis passée par une période de brisement… Alors sachez que ce n’est pas Dieu qui nous brise, loin de là, mais c’est nous-mêmes qui choisissons de briser notre volonté pour Le laisser agir dans nos vies. Cette différence est importante, notre Dieu est BON et juste BON.

D’ailleurs toutes les choses que j’ai abandonné je les considérais comme une perte au départ et non comme un gain. Où est-ce que je gagne dans l’affaire ? Seigneur tu me retires TOUT?! Non, rectification ma fille de une c’est toi qui me donne tout… et de deux, je t’ai tout donné mais tu ne le vois pas encore. En effet, aujourd’hui j’y vois un énorme gain, un vrai jackpot ! Car le Seigneur n’a pas l’intention de laisser ces espaces vides, au contraire Il veut les remplir par un tas de désirs divins, de relations saines, d’occupations trépidantes tout ça sur un fond musical glorieux.  

 

Alors bien sûr, dans cette saison la sanctification s’est levée. J’ai éliminé un tas de distractions et j’ai appris le silence. J’ai appris la discipline pour renoncer à la procrastination. J’ai appris à me lever très tôt le matin pour bâtir ma relation avec Lui. J’ai appris à jeûner pour contrôler ma chair. Et bien d’autres choses. 

Mon témoignage est l’un parmi  tant d’autres et nous n’allons pas toutes passer par-là de la même manière. Cependant c’est une étape qui ne se grille pas, qui ne se saute pas. Le changement dans ma vie a été radicale et j’en suis plus qu’heureuse, c’est indescriptible.

 

J’espère vous avoir donné un peu le goût et un peu de force pour affronter tous ces changements dans votre vie.

 

* Témoignage 

Credit photo : Romain Bourse

À table ! C’est l’heure de jeûner !

Aaaaahhh le jeûne ! Une des activités spirituelles les plus intenses de la vie chrétienne. Même si on n’a jamais jeûné, il suffit de constater son importance lorsqu’il est évoqué dans la Bible : le jeûne de la Reine Esther, le jeûne de Daniel, celui de Jésus… D’ailleurs, on remarque vite qu’ils sont différents autant sur la durée que sur la manière de le pratiquer. 

Notre alimentation est indispensable, nous devons nous nourrir. Pourtant nous sommes aussi des êtres excessifs. Nous mangeons beaucoup trop de manière générale. Nous consommons trop de produits transformés et trop riches. On accumule graisses, toxines, métaux lourds, antibiotiques et autres joyeusetés… et quand je dis « on accumule », je parle en termes d’années…

LE JEÛNE C’EST QUOI ?

Il suffit de regarder les magazines de santé (et leurs fameuses DETOX) et les divers bouquins sur le sujet pour se rendre compte que le jeûne est une pratique ayant un impact positif sur notre métabolisme. C’est d’ailleurs aussi un moyen d’autodéfense que notre corps met en place naturellement (gastros, intoxications alimentaires, intolérances…) 

Impact positif car il permet :

  • D’éliminer les excès
  • De réduire les inflammations dues à notre alimentation (lait, protéines animales, céréales transformées, sucre…)
  • De soutenir les organes émonctoires (foie, peau, poumons, reins, intestins et leurs canaux)
  • De mettre au repos notre système digestif sur-sollicité (ce mot n’existe pas, inventons-le !)
  • De réguler notre système hormonal

Grâce à lui, nous réduisons les sensations d’addiction (les fans de chocolat levez la main), d’obsession du manque et nous augmentons nos capacités de concentration.

Autrement dit, le jeûne n’est pas qu’un outil de transformation pour notre vie spirituelle, il agit sur tous les plans de notre être : physique (corps), émotionnel (âme), spirituel (esprit). Il permet de maintenir l’équilibre, de rester en harmonie et de former une unité.

Toutefois il convient de connaître 2/3 petites règles afin que ce temps de jeûne puisse prendre toute sa dimension. C’est un moment privilégié pour une reconnexion à soi, être à l’écoute de son corps. Il faut savoir détecter les signaux d’alerte. Il n’est pas question de se mettre en danger en jeûnant.

  • Maux de tête
  • Etourdissements
  • Nausées
  • Eruptions cutanées
  • Toux etc.

 

LE JEÛNE QUAND ?

Comme tu l’auras compris, le jeûne est un moyen d’élimination. On va vider notre organisme de tout ce qui le sature et l’obstrue. Le problème c’est que dans la foulée il va y avoir aussi des « bonnes choses » qui vont être éliminées comme certains nutriments et oligo-éléments nécessaires à notre bon fonctionnement. Ce qui risque fragiliser notre système immunitaire. 

On va donc éviter de pratiquer le jeûne durant les 2 pleines saisons que sont l’été et SURTOUT l’hiver. L’hiver est un temps de repos par définition. On est au ralenti, ce n’est pas le bon moment de le contraindre (sauf cas exceptionnels).

L’automne et le printemps sont les périodes les plus propices au jeûne. N’est-ce pas d’ailleurs les périodes où on plante des graines ? Où on laisse la nature se transformer soit pour un temps de repos, soit pour récolter des fruits ? Il suffit de prendre exemple sur cette nature créée à la perfection, qui sait exactement ce qu’elle a à faire, au moment où elle doit le faire. Magique nan ?

Concernant les oligo-éléments et nutriments éliminés pendant le jeûne, il conviendra de faire une cure de reminéralisation pour favoriser l’équilibre acido-basique.

On va pouvoir miser sur la nature et les plantes pour cela et notamment sur la PRESLE DES CHAMPS dont l’origine remonte à la Préhistoire. C’est une véritable source de vitalité qui contient une forte concentration en silice, un grand nombre de flavonoïdes, de saponines ainsi que des minéraux et oligo-éléments (fer, potassium, calcium…). Bref, une pépite de la nature qu’on peut trouver sous forme de tisanes, comprimés…

On peut compter également sur les bienfaits de l’Aloe Vera ou encore de l’argile (mais je garde ces 2 sujets pour de prochains articles). Il faut prévoir cette cure entre 40 à 60 jours pour un effet maximal.

LE JEÛNE COMMENT ?

Comme je le disais au début, le jeûne n’est pas quelque chose de fixe, gravé dans le marbre. Il est tout à fait adaptable en fonction de nos activités et valeurs. Il existe donc plusieurs formes de jeûne.

  • Le jeûne total : Le plus difficile qui n’est pas à la portée de tous. Il faudra passer par la case du médecin pour être certain que notre état de santé le permet. Le jeûne total de nourriture ne signifie pas qu’il faille s’abstenir de boire, au contraire
  • Le jeûne de sucre : lui aussi, il est loin d’être évident car le sucre est partout… Il suffit de lire les étiquettes pour constater que le sucre caché est un véritable fléau. On va alors privilégier les sucres naturels : miel, sucre des fruits, sirop d’agave, sucre de coco… certes c’est un apport en sucre mais qui sont beaucoup mieux assimilés par l’organisme
  • Le jeûne de viande : aussi appelé « jeûne de Daniel ». On concentre son alimentation sur les légumes, les fruits et épices. Exit les steaks !
  • La monodiète : on va s’alimenter de 1 à 3 jours maximum avec 1 seul aliment. Exemple avec la carotte. Jus de carotte le matin, carottes râpées ou purée de carottes le midi et le soir velouté de carottes. On peut éventuellement choisir de la faire avec 2 aliments (pomme/carotte).
  • Le fasting : ou jeûne intermittent. Il s’agit de prolonger la période naturelle de jeûne (nuit) jusqu’à 16h et de manger sur une plage horaire fixe de 8h. Exemple jeûne de 20h à 12h puis période d’alimentation de 12h (déjeuner… dé-jeûner ?) à 20h. Ce jeûne peut être pratiqué sur plusieurs jours, semaines ou même 1 seul jour par semaine. Il a l’avantage de ne pas provoquer de carences puisque l’alimentation sur les plages horaires réservées, reste variée. On restera vigilant sur sa glycémie afin de ne pas provoquer de chute brutale.

La durée du jeûne est très variable, tous n’ont pas le même impact. Il faudra respecter ses limites car contraindre le corps n’est pas synonyme de contraindre la chair. On peut contraindre une addiction, on ne peut pas contraindre une carence. Mieux vaut un jeûne court et bien mené, qu’un jeûne prolongé dans de mauvaises conditions. Je rappelle que le jeûne doit favoriser un regain d’énergie. Normal de ressentir de la fatigue pendant le jeûne, cela l’est beaucoup moins de se sentir fatigué après un jeûne.

Bon eh bien je pense qu’il est temps de conclure ce premier article. J’espère vous avoir apporté quelques infos intéressantes sur le sujet. J’ai hâte de lire vos commentaires !

Je vous souhaite une merveilleuse journée dans l’Amour et la Joie !

Arômeusement vôtre,

Instagram

Choisissez la bonne part !

Choisissez la bonne part !

Avez-vous choisi la bonne part dans votre quotidien ?

Ma relation avec le Seigneur devient un challenge avec l’arrivée de bébé et là toutes les mamans savent de quoi je parle ! Je comprends tout le sens du passage dans Luc 10.40-42

« Marthe, occupée à divers soins domestiques, survint et dit: Seigneur, cela ne te fait-il rien que ma soeur me laisse seule pour servir? Dis-lui donc de m’aider. Le Seigneur lui répondit: Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée. » 

Nous connaissons toutes ces versets de la Bible. Je pense que nous avons toutes entendue des enseignements à ce sujet.

Pourtant, sommes-nous réellement vigilantes dans notre quotidien ? Soyons totalement honnêtes avec nous-mêmes. 

Bon vous le savez, je ne suis pas là pour dire que je fais mieux que quiconque bien au contraire. Je vous partage ma vie personnelle et je la mets au service de l’oeuvre de Jésus-Christ afin d’encourager et édifier les femmes, car oui nous vivons des combats et des situations similaires !

J’aimerais vous encourager à veiller sur cette part précieuse.

Le quotidien nous amène à avoir une liste de to-do immense. Si vous êtes une maman vous devez gérer la fratrie, la maison, votre activité salariale, les repas… Nous sommes d’accord, si nous ne le faisons pas, qui le fera ? Ce n’est pas un mythe, mais une réalité !  Si vous êtes célibataire ou une épouse vous savez combien le travail, les activités prennent de l’ampleur dans vos journées.

Dans ce tumulte quotidien, nous avons la source de toutes choses, la source de notre vie qui est là et qui attend notre présence.

La Parole de Dieu est vérité, alors lorsque Jésus nous demande de nous occuper en priorité de son Royaume (Matt 6.33). Nous devons CROIRE et ne pas nous fier à notre logique ni à nos émotions, que dans Sa grâce surnaturelle et merveilleuse de Papa Il s’occupera du reste. Je ne dis pas que des anges viendront faire la vaisselle (quoi que,  tout est possible!) pour que nous puissions prier. Mais je le crois parce que je le vis, Il s’occupera de nous trouver du temps.

Du temps investit dans notre relation avec Dieu n’est pas une perte de temps ! IL n’y a pas de meilleur investissement de temps dans notre vie que celui-là, il apporte l’accélération dans les domaines dont nous avons besoin.

Un mensonge qui revient sans cesse dans nos esprits, vous voyez c’est ce type de dialogue…

« Oh, il est déjà 8h, je dois ranger la maison, vider le lave-vaisselle avant que les enfants arrivent. Bon, si je vais passer du temps avec Dieu je vais perdre des minutes précieuses pour faire tout cela. Je ne peux pas rester assise, je ne fais rien en faisant cela ce n’est pas possible. Je n’ai pas le temps. »

En réagissant comme ça, nous pensons GAGNER du temps, alors que la réalité est que nous avançons par nos propres forces et nous ne recevons pas notre part de grâce suffisante pour la journée.

Alors bien sûr c’est un exemple que je vous donne, mais comprenez cette vérité.

Choisir la bonne part, c’est choisir le surnaturel de Dieu dans notre vie. 

En faisant ce choix sage, vous ouvrez la porte de votre coeur pour qu’Il puisse intervenir dans votre journée et vous recouvrir de grâce. Le merveilleux Saint-Esprit dans son amour et son respect immense ne nous forcera jamais.

Je vous encourage à ne plus négligez votre temps avec Dieu. Peu importe à quel moment de la journée vous le faites, restez ferme. Bannissez ces idées qui ne viennent pas de Dieu. Dans ce flot de pensées, vous est-il déjà arrivé de vous convaincre que Dieu était d’accord avec le fait de le passer en second plan ? Moi je vous assure que ça m’est arrivé un tas de fois.

L’ennemi se déguise en ange de lumière, examinons nos pensées à travers Sa Parole. Arrêtons de nous faire voler.

Demeurez bénies,

Avec beaucoup d’amour

Photo by Priscilla Du Preez on Unsplash

 

PS : Un outil pour vous aider dans votre relation avec le Seigneur Le Guide pratique

Comment se créer une routine matinale

Comment se créer une routine matinale ?

Il est important de prendre soin de ces premiers instants, nos prémices de la journée. Une routine matinale permet de bien commencer la journée, que nous le soyons (matinales) ou non, elle nous est profitable. Nous pensons très souvent que si nous nous levions plus tôt alors obligatoirement nous serions plus fatigués. C’est une idée préconçue à  bannir, car c’est complètement faux pour la majorité des personnes.

Qui aime se lever dans la précipitation, oublier la moitié de ses affaires et commencer sa journée en ayant encore son cerveau, ses pensées dans le lit ?

Il est intéressant de voir que dans le « monde » c’est un principe que beaucoup de femmes entrepreneuses (ou non) utilisent et on ne peut qu’en constater les fruits. Elles réussissent dans leurs affaires, sont sur tous les fronts et tout cela dans la bonne humeur et la sérénité.

Nous qui avons toute la science, l’intelligence, la paix…  grâce au Saint-Esprit, nous ne sommes pas arrivées là ? Je ne sais pas, peut-être que nous nous dé-responsabilisons puisque nous avons le Saint-Esprit, nous pensons que tout se fera tout seul. C’est ce que j’ai cru pour mon eBook, je ne l’ai jamais vu tomber du ciel.

Alors, il est temps de se prendre en main qu’en pensez-vous ?

Je vous propose quelques clés pour préparer votre Morning Routine.

Préparez votre routine la veille le soir. 

Pour être efficace le matin et ainsi profiter de ce temps spécifique que vous allez mettre à part, il faut préparer votre routine la veille, c’est très important. Préparer les lunchs, votre tenue, la préparation de votre café/thé/jus/chocolat… j’ai oublié quelque chose ? Prenez votre douche la veille si vous préférez. Réglez votre réveil, ne le laissez pas à côté de vous si vous savez que vous allez l’éteindre et vous endormir à nouveau. Mettez-le au bout de la pièce, pas le choix que de vous lever ! Préparez votre environnement, bref faites tout ce qu’il faut pour que votre routine soit la plus agréable ! C’est le but.

Fixez-vous une heure de réveil faisable. 

Ne visez pas la lune tout de suite, vous risquez d’échouer et d’être découragée et de mettre en l’air tous vos efforts. Soyez raisonnable et faîtes le graduellement. Quel objectif vous êtes-vous fixé ? 1h30 ? Et bien peut-être que la première semaine vous ne ferez que 45 minutes. Pensez sur le long terme, votre but est de maintenir le rythme.

Qu’est-ce qui vous ferait plaisir ? 

Que faites-vous habituellement le week-end  ? Pourquoi ne pas le faire en semaine ? Oubliez la grasse mat’, mais vous comprenez ce que je veux dire ? Moi j’aime prendre mon temps pour savourer mon petit déjeuner, j’aime avoir de bonnes choses à table, et bien je le fais aussi en semaine seulement je ne passe pas autant de temps que le week-end. Vous aimez le sport ? Écoutez de l’instrumental, appliquez-vous une crème… bref, faites-vous ce cadeau ! J’imagine que vous ne serez pas en mesure de tout faire dans ce créneau (le masque par exemple, j’en suis qu’à une fois par semaine pour le moment), mais seulement faire quelque chose qui vous plaît chaque jour fait toute la différence !

Éveillez-vous.

Pour être dans de bonnes conditions, rien de tel que de faire quelques étapes douces pour s’éveiller tranquillement. Prenez-vous une douche fraîche (oui c’est froid, mais vous verrez le bien fou que cela fait !), un bon bol d’air frais, étirez-vous, ouvrez vos stores pour profiter des premières lueurs du jour.

Les freins à identifier et à bannir 

Qu’est-ce qui vous empêcherez de respecter votre routine le matin ? Vos enfants ? Bon, là il faut simplement s’adapter, les bannir ce n’est pas une bonne chose 😊. Votre envie de rester au lit ? (Votre réveil, au fond de la pièce…) Un manque d’organisation ? Préparez la veille. Identifiez vos freins et faites en sorte de ne pas vous laissez voler.

 

Bien sûr les routines peuvent évoluer en fonction des saisons naturelles, spirituelles, familiales et j’en passe. Ma routine a changé depuis que j’ai bébé, je m’adapte autrement, on peut se créer une routine du soir aussi (Article bientôt disponible).

C’est important de ne pas s’enfermer dans une petite boîte, surtout pas. La routine est là justement pour nous donner une liberté et surtout passer un temps de qualité avec Jésus.

Toutes ces clés seront vides si elles ne sont pas utilisées pour la gloire de Jésus-Christ. C’est AUSSI et SURTOUT pour passer un temps spécifique avec Dieu.

 

Pour en découvrir davantage, je vous invite à découvrir mon Guide pratique pour une vie spi’ consacrée.

 

Avec beaucoup d’amour,

 

Emmanuelle