5 décisions à prendre pendant le confinement

C’est une situation surprenante que nous vivons, mais pas tant que ça quand on y pense bien. Alors que nous vivons dans ce temps de pandémie il est plus que nécessaire de faire les bons choix pour faire sortir un vin nouveau de notre vie. Nous avons besoin de nous consacrer davantage au Seigneur. Alors que nous sommes coupées de beaucoup de choses, c’est aujourd’hui une opportunité pour nous approcher de Dieu.

Acceptons le confinement mais pas le virus. La première des choses est de faire la différence ici et de ne pas attribuer à Dieu ce qui vient du diable. Malheureusement j’ai entendu toutes de sortes de discours et ce qui revient assez souvent est que Dieu permet cette situation pour que nous nous approchons de Lui, pour nous punir et j’en passe. Dieu n’envoit pas la maladie pour apprendre la vie à ses enfants. Dieu n’envoit pas la maladie pour nous guérir ensuite. Nous savons qu’en vivant dans ce monde nous connaitrons des tribulations. Il y a un diable ici, ne l’oublions pas. Notre Dieu est BON ! La deuxième est d’accepter le confinement. Certaines personnes le vivent très bien mais d’autres luttent intensément. Malheureusement en luttant ainsi on rate l’opportunité de mettre à profit cette période. On rate l’occasion de passer plus de temps avec Dieu, de recevoir des révélations ou tout simplement de se reposer ! 

Choisissons bien notre nourriture. Quelle nourriture avons-nous choisie pour notre âme et notre esprit ? Les premiers jours de « confinement », je passais mon temps à scruter les infos sur TVA nouvelles ou BFMTV. Je regardais les commentaires sur certaines publications. Toutes les dix minutes j’actualisais le fil d’actualités pour voir les nouvelles informations. En faisant cela, j’ai perdu petit à petit ma paix. La peur est venue se loger dans mon âme comme une voleuse, je ne l’ai pas vu arriver. Dans mon temps avec le Seigneur, j’ai entendu Sa voix douce dans mon esprit me dire que l’actualité était devenue une nourriture. En faisant cela j’ai donné accès au diable pour m’effrayer. 

Il est bon de s’informer, d’être au courant de ce qu’il se passe pour agir avec sagesse et obéir aux autorités. Mais il est mauvais de « manger de l’actu ». Nous le savons, lorsque nous changeons de nourriture, notre témoin intérieur nous le fait ressentir. 

Notre nourriture prioritaire et suprême doit être la Parole de Dieu. Alors que j’ai rectifié ma façon de faire, j’ai vu un changement radicale dans mon cœur. C’est la même chose pour le reste et dans la vie de tous les jours. Se nourrir à forte dose de Netflix, de télévision, de réseaux sociaux c’est assurément une chose mauvaise pour nous. 

Ne faisons pas du confinement une occasion (et une excuse) pour visionner toutes les séries de Netflix. Par exemple, moi je regarde Pékin express et Top Chef (oui, oui) mais à petite dose. 

Partageons des bonnes choses sur les réseaux sociaux ! Tout le monde est chez soi et donc la présence sur les réseaux explose. Nous voyons toutes sortes de partage sur Facebook et Instagram. Des discours complotistes, des vidéos buzz qui diffusent des mouvements de crainte. Choisissons ce que nous voulons véhiculer. Pensons aux personnes qui vont nous lire. Ayons des discours encourageants, fortifiants pour notre âme et nous poussant toujours à nous approcher de Dieu. Transmettons l’amour. Arrêtons d’aider les médias et le monde en diffusant des informations troublantes et effrayantes.

Consacrons-nous encore plus ! Quel moment idéal pour se mettre à part et approfondir sa relation avec Dieu. Quel moment propice pour décider de changer ses habitudes. De mon côté j’ai décidé de passer plus de temps personnel avec Dieu. Mais pas seulement. Avec Romain nous étudions la Parole et prions régulièrement. 

Ayons conscience de la situation. Ne prenons pas la situation à la légère. Il y a malheureusement beaucoup de personnes touchées de près ou de loin. Nous devons nous placer à la brèche et intercéder. 5 décision5

Grandir dans la sanctification grâce aux garde-fous

Dans mon article précédent sur la sanctification, j’ai témoigné des difficultés que j’ai rencontré à vivre dans la sanctification, de la difficulté à « bannir de ma vie » le  pécher à une certaine époque de ma vie. Dans ce nouveau billet de blog, j’aimerais vous partager quelques garde-fous qui sont devenus un style de vie et une aide pour m’approcher toujours plus de Dieu et mener une vie qui lui est agréable.

  • Je prends le temps de découvrir l’amour de Dieu pour moi 

Sans une prise de conscience de Son amour pour moi, jamais je ne serais revenue à Jésus. Il est important pour ma vie de cultiver et de vivre cet amour, c’est mon moteur. Je prends le temps d’approfondir cette révélation en lisant Sa Parole, en prenant du temps avec Lui, en discutant avec Lui lorsque je cuisine. Je prends ce temps pour juste le ressentir, apprendre à reconnaitre son odeur et ses gestes. Est-ce essentiel de vivre cette relation d’amour pour demeurer dans la sanctification ? OH QUE OUI! S‘il faut retenir une seule chose c’est celle-ci : Dieu m’aime tellement. Honnêtement, cette révélation est le pilier et le booster de notre sanctification. Sans elle, c’est avec nos propres forces que nous allons lutter.  

Cela me fait penser à un exemple… lorsque j’ai appris à conduire, mon moniteur me disait toujours de ne JAMAIS regarder là où je ne veux pas aller. J’avais cette tendance à regarder les lignes pour ne pas les dépasser, les obstacles etc. .. sauf qu’en agissant ainsi, ma conduite n’était pas fluide et bizarrement je me dirigeais involontairement vers ces mêmes obstacles. Il me disait  de TOUJOURS regarder au loin, très loin, le plus loin possible. Et waouh, effectivement c’était efficace, je roulais parfaitement bien.

Je pense que c’est la même chose avec le péché, plus on regarde à ce que l’on ne veut pas faire plus on se dirige droit dessus. Par contre, si on lève notre regard pour voir au loin, à Jésus, notre conduite va se rectifier naturellement.  

  •  Je me crée un environnement propice à la sainteté  

Avec Romain nous avons pris plusieurs décisions concernant l’atmosphère que nous voulions chez nous. Par exemple, je ne regarde plus la télévision, ni le journal télévisé. Je n’écoute plus de musique du monde. J’ai fait un tri sur les réseaux sociaux et les pages auxquelles j’étais abonnée. Cela ne veut pas dire que je ne regarde plus de film, que je suis uniquement des pages chrétiennes ou encore que je me bouche les oreilles en entendant une musique du monde lol. Absolument pas. Simplement JE décide de la nourriture que JE donne à mon âme. Je décide de vivre dans un endroit où la présence de Dieu est. Nous le savons, Jésus siège au milieu des louanges. À ce propos, il y a très souvent de la louange en fond sonore dans mon environnement.

  • Je m’entoure de personnes de foi 

Cela ne veut pas dire encore une fois que je ne côtoie que des enfants de Dieu, mais je veille sur mes fréquentations.   

  • Je cherche à renouveler ma pensée par la Parole de Dieu  

Pour être transformée dans mon caractère, dans mon comportement je dois changer mon système de pensée en recevant la pensée de Christ. Comment est-ce que je fais ça?  En lisant et en méditant la Parole bien entendu, en apprenant des versets, en écoutant des enseignements pour être au bénéfice des révélations et pour grandir dans la foi. Beaucoup de systèmes de pensées sont tombés en faisant cela. Je ne m’éparpille pas avec un tas d’enseignants. Mes sources d’enseignements sont : mon église et EMCI TV. 

  • Je mets en place de nouvelles habitudes pour remplacer les anciennes 

Il n’y a rien de pire que de laisser des endroits vides. Mes temps de télévisions ont par exemple été remplacés par les projets de Dieu, la lecture de la Parole ou le visionnage d’enseignements. La musique du monde a été remplacée par des louanges. Je m’instaure un minimum de discipline pour me lever plus tôt le matin. Saviez-vous qu’il faut plusieurs mois avant qu’une habitude s’installe durablement ? Il faut faire cet effort de quelques mois avant que cela fasse partie de notre quotidien. 

 

Crédit photo : Romain Bourse

 

Reconnaître l’ordre divin dans notre quotidien

Vous posez vous des questions concernant vos priorités et votre manière de vivre ? Des questions comme: est-ce que je fais véritablement ce que le Seigneur veut ? Les priorités sont-elles dans le bon ordre etc. ? En plus de vos questions,  vous éprouvez de la difficulté à reconnaître l’ordre Divin dans votre quotidien, vous ressentez de la culpabilité, vous vivez un combat incessant… bref un tas d’émotions, de pensées et de questionnements qui vous ont certainement conduits à lire cet article. Je vous rassure, toutes ces choses je les ai vécues très récemment.

J’ai suivi un plan de lecture dernièrement à ce sujet et l’ordre divin s’est installé dans mon foyer. 

J’ai à cœur de partager avec vous des clés, avec lesquelles je l’espère vous allez enfin revenir dans la paix, et dans l’ordre que Dieu désire pour vous. 

1/ Comprendre les attentes de Dieu 

  • La première des choses est de savoir quelles sont les attentes de Dieu à votre égard. Vous savez, la fidélité que Dieu récompense est la constance dans l’obéissance. C’est Lui qui fixe le temps pour chaque domaine de notre vie et Il ne va jamais à l’encontre de Sa Parole. Notre Père nous montre quelles sont nos responsabilités qui sont quant à elles INTEMPORELLES ! Elles ne varient pas en fonction des saisons. 
  • Aimer Dieu. (Matt 22.38) Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. Ici il ne faut pas confondre notre relation personnelle avec le Seigneur et le service, ou le ministère. Notre priorité numéro un est d’aimer Dieu ! Cela peut se traduire par plusieurs choses, comme passer du temps chaque jour avec Lui, rechercher son Royaume (Matt 6.33), bref l’aimer tout simplement 
  • Aimer les autres. (Suite Matt 22.39) Et voici le second qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Notre mari, nos enfants sont des personnes que nous devons aimer et pour qui nous devons investir  suffisamment de temps Et bien entendu nous avons aussi l‘annonce de l’Evangile qui est également une manifestation de l’amour envers notre prochain.  

Nous les connaissons toutes, seulement je veux vous conscientiser sur le mot responsabilité. 

La responsabilité c’est l’obligation de répondre de certains de ses actes, d’être garant de quelque chose, d’assumer ses promesses. Elle a pour conséquence le devoir de réparer un préjudice causé à quelqu’un de par son fait ou par le fait de ceux dont on a en charge la surveillance, voire de supporter une sanction.

Dans 1 Timothée 3 Paul rappelle à deux reprises qu’un dirigeant doit honorer ses responsabilités conjugales et familiales, entre autres. 

Il en est de même pour nous. 

2/ Quel temps allouer à chaque domaine ? 

Avant de définir un temps spécifique pour un tas de choses, nous devons d’abord « checker » nos responsabilités conjugales, familiales et professionnelles qui seront prioritaires. Bien-sûr nous vivons des saisons différentes et le temps peut ne pas être le même pour tout et pour tous. Cependant, tout en conservant nos responsabilités, nous allons mettre en place des actions pour toujours assumer nos obligations, nos promesses et notre engagement vis-à-vis de nos priorités. 

Nous devons nous consacrer avec sagesse. Ce qui pose problème c’est que nous pensons que nos responsabilités ne sont pas au service de Dieu. Étrange n’est-ce pas ? Nous allons facilement les sacrifier pensant être spirituelle. Seulement tous les sacrifices ne sont pas acceptés par Dieu. Ils doivent être inspirés par le Saint Esprit comme Marie l’a été en versant le parfum sur les pieds Jésus. 

Le temps que je vais consacrer au Ministère, aux loisirs… est celui qui me reste après avoir honoré mes responsabilités ! 

C’était là ma faiblesse, je pensais qu’en m’occupant plus d’une vie consacrée, en sacrifiant mon temps, quitte à me brûler je faisais bien. Je pensais à des grands hommes de Dieu, des hommes qui sont à la tête de grands ministères, je me disais il faut que je fasse comme eux ! Que je sois aussi sacrificielle qu’eux !

La sagesse c’est de remplir ses responsabilités, d’être fidèle. 

Les sacrifices inutiles n’amènent que des larmes, alors que les sacrifices selon Dieu attirent Sa faveur et produisent la vie. Il est inutile de se comparer à quelqu’un d’autre. Dieu accorde une grâce spécifique pour l’accomplissement de la mission dans la vie de chacune d’entre nous. Ne cherchons pas à imiter! Et ne jugeons pas! J’ai malheureusement fait des sacrifices que Dieu ne m’avait pas demandé. J’étais épuisée, frustrée, au bord des larmes. J’étais hors du champ, j’ai dû abandonner des engagements pour obéir à Dieu. 

Alors quelles sont nos responsabilités ? Elles ne s’évaluent pas seulement en temps mais en accomplissement, ce n’est pas non plus une question d’ordre dans la journée.  De mon côté j’en ai fini avec l’ordre et le numérotage des priorités! 

Mes responsabilités se distinguent-elles dans mon quotidien ? Est-ce que je passe du temps de qualité avec mon mari ? Est-ce que j’investidans ma famille ? D’ailleurs, un article sur l’investissement sera prochainement publié. 

3/Être responsable vaut mieux que s’agiter en vain. 

Pour terminer, je veux dévoiler et abattre publiquement des semences du diable. Vous savez, je vivais dans une agitation quasi constante, peut-être que c’est aussi votre cas. Je nourrissais des pensées religieuses et je veux les mettre en lumière afin qu’elles perdent toutes leurs puissances dans vos vies

  • Tu devrais faire plus pour montrer ton engagement, ton amour à Dieu. 
  • Regarde ce que faisait l’apôtre Paul ou encore ta sœur dans le ministère, tu es très loin de ce résultat, tu es vraiment paresseuse, tu manques de consécration. 
  • Tu perds ton temps à t’occuper de tes enfants, à préparer le repas, à nettoyer ta maison, alors que tu pourrais servir le Seigneur! 
  • Tu dois produire, c’est maintenant, tout de suite que tu dois faire cette chose sinon il sera trop tard! Ne rate pas ton train! 
  • Tu n’aimes pas vraiment le Seigneur, le salut des âmes t’importe peu, regarde, tu ne participes pas aux activités à chaque fois, tu devrais être capable de prendre ton bébé sur le dos et arpenter les rues pour annoncer l’Evangile ! 
  • Et bla bla bla… 

C’est l’esprit de religiosité qui essaye de nous faire croire que le temps que nous utilisons pour servir le Seigneur est mieux investi que celui pour accomplir nos responsabilités familiales, conjugales et professionnelles. Son but est de pousser au déséquilibre pour ne plus honorer nos responsabilités. Limiter le fruit dans notre vie, gaspiller du temps, développer des frustrations qui conduisent au découragement et finalement à la passivité

Je vous invite à refuser ce type de pensées en recevant la révélation des attentes de Dieu pour vous. 

Ephésiens 5. 15-17 

15Veillez donc, avec un soin tout particulier, à votre manière de vivre. Agissez avec la conscience de votre responsabilité. Ne vivez pas au jour le jour, sans penser à plus loin, comme ceux qui ne connaissent pas le vrai sens de la vie.

16Comportez-vous en gens avisés qui se rendent compte en quels temps critiques nous vivons, et savent tirer le meilleur parti de la période présente. Devenez maîtres de votre temps, profitez de toutes les occasions favorables, malgré les difficultés de l’heure. Oui, précisément parce que nous vivons en un temps où domine le mal.

17C’est pourquoi ne soyez pas déraisonnables et imprudents, ne vivez pas en dilettantes mais, à travers tout ce qui vous arrive, en toutes circonstances, cherchez à comprendre ce que le Seigneur veut vous dire, puis tenez-vous fermement à ce qu’il vous demande.

 

La sanctification facile ou difficile ?

À une certaine époque de ma vie, la sanctification était très difficile. Même après avoir fait mon baptême d’eau et avoir reçu le Saint-Esprit je vivais de manière déréglée. Et ce n’était pas un scoop, très jeune j’ai déraillé pour me réfugier dans le monde et ainsi espérer vivre une vie intense. Cette vie ne m’a causé que des problèmes et des mauvaises rencontres. Je vivais dans une quête interminable de l’âme sœur. L’objectif de ma vie à cette époque était de rencontrer le bon et ce depuis très jeune, cette quête a orienté tous mes choix.

J’éprouvais beaucoup de difficultés à rester dans les voies de Dieu.

À 19 ans portant un poids beaucoup trop lourd sur mes épaules, le poids du péché, j’ai décidé de plier le genou et ainsi de donner ma vie à Jésus. Seulement, je n’avais pas saisi ce que c’était  que de donner sa vie à Dieu. Je me suis faite baptiser, j’ai reçu le Saint-Esprit, et je me suis même exprimée en d’autres langues lors d’une réunion de réveil sur Paris. J’avais soif, mais j’étais dans l’ignorance et sous de mauvaises influences.

Je luttais avec le péché, l’appel du monde était encore trop fort.  Au lieu de faire de Dieu ma priorité, comme dit s plus haut je vivais dans une quête de l’âme sœur qui m’a amenée à tomber à plusieurs reprises. Jusqu’à ce que je rencontre l’homme que le Seigneur a choisi pour moi, Romain. Ma quête s’est alors achevée et avec bon nombre d’excès sont morts. Je pensais que c’était la sanctification qui faisait son effet dans ma vie, mais pour être honnête ce n’était pas véritablement cela. J’avais juste perdu le goût de beaucoup de choses du monde en ayant rencontré mon nouveau monde. Seulement mon monde ne devait pas être Romain, mais Dieu. En fait je ne vivais pas une réelle communion avec Jésus,  je n’avais pas fait ce choix de renoncer à ma vie, de me mettre à part pour Lui. De m’offrir entièrement à mon Sauveur.

J’ai donc lutté plusieurs années avec beaucoup de traits de caractères, des péchés tel que l’envie, la comparaison, la médisance, l‘envie de plaire et j’en passe.

Il n’y avait aucune évolution. Alors sil n’y a pas de fruits, c’est peut-être, qu’effectivement… il y a un problème. Et il ne vient jamais de Dieu, mais seulement de nous, de moi.

Je vivais donc une sanctification DIFFICILE.  

Jusqu’à ce que je donne  réellement ma vie à Jésus en 2017 , c’est alors que tout a changé ! J‘ai tourné le dos à ma vie, j’ai décidé d’accepter de tout remettre en question dans ma vie pour que Dieu fasse son œuvre. Le processus de sanctification s’est enclenché, et j’ai commencé à vivre la sanctification avec une facilité déconcertante.

Je pense que la sanctification a vocation à être simple et facile. Vous voyez comme  dans cette situation où j’avais laissé derrière moi un tas d’agissements déréglés parce que j’avais rencontré l’homme de ma vie. Pourquoi je l’ avais-je fait ? Parce que l’amour que j’éprouve pour Romain était déjà  si fort qu’il m’amena à perdre toute la saveur, toute l’utilité de ces choses au point de les abandonner sans difficulté.

C’est la même chose avec Dieu, dans le cadre d’une relation intime d’amour avec le Saint-Esprit, nous Lui donnons toute la place pour nous rendre saints progressivement avec pour seule action de notre part : nous disposer et le choisir chaque jour. Ainsi nous perdons naturellement le goût des mauvaises choses et bien plus encore, puisque nous sommes disposé(e)s,  nous sommes transformé(e)s à son image.

1 Pierre 1.16 : Vous serez saints, car je suis saint. 

Plus je m’approche du Seigneur et plus je vois des choses dans ma propre vie que je ne tolère plus. Pour illustrer mon propos : il y a un an je pouvais visionner un film et aujourd’hui je ne suis plus capable de le regarder. C’est la sanctification surnaturelle de Dieu en action dans ma vie, je ne m’en rends pas forcement/ toujours compte.

Alors, je ne sais pas à quel niveau vous êtes dans votre propre vie, mais voici une bonne nouvelle pour celles qui trouvent cela difficile: C‘est possible de vivre la sanctification avec facilité! Il est temps pour vous de changer de focus, d’arrêter de focaliser vos efforts sur la sanctification. Mettez  vos efforts à apprendre à passer du temps avec Jésus-Christ. Pour celles qui le vivent facilement, ma question pour vous est la suivante : où en êtes-vous concernant votre « niveau » de sanctification ? Êtes-vous au statut quo depuis maintenant plusieurs années ? Ou constatez-vous encore des changements dans votre vie en évaluant ces derniers mois ?

J’aimerai terminer avec ceci : lorsque nous donnons notre vie à Jésus nous ne sommes plus de simples pécheurs qui avons été sauvés. Non. Nous sommes des SAINTS qui parfois pèchent et ça, ça fait toute la différence dans la compréhension de notre identité en Christ. 

 

Crédit photo : Romain Bourse

Facebook cette arène de la chair

Alors que Facebook devrait être un endroit comme les autres pour manifester de l’amour, il est en fait une arène où notre chair se lâche. 

Lorsque je me promène sur Facebook, je suis parfois choquée du contenu que je découvre.  Sans compter les informations dérangeantes et toxiques. Nous agissons avec Facebook comme si c’était un monde à part, un monde dans lequel nous pouvons agir sans conséquence. Un monde dans lequel la souveraineté de la Parole de Dieu n’a pas Sa part. Nous nous permettons de faire et de dire des choses parce que sur cette plateforme nous pensons avoir le feu vert (mais de qui ?).

Nan… sérieusement j’exagère? Je ne pense pas.

Nous faisons ou disons des choses sur Facebook que nous n’oserions jamais faire dans la « vraie » vie, et oui! Nous partageons des informations, des enseignements, des vidéos, des versets et des citations, avec une grande légèreté sans penser à l’impact que cela peut avoir sur les personnes de notre communauté. Allons-nous les amener dans la confusion ? Est-ce que ce que nous partageons a du sensAllons-nous encourager quelqu’un ? Que nous dit notre témoin intérieur ? Nous diffusions et commentons les faits divers qui en plus de nous nourrir, nourrissent notre communauté de peur, de désastre et j’en passe.

Parfois nous partageons avec de mauvaises motivations, nous voulons revendiquer des idées, montrer à certaines personnes des vérités pour les écraser. Nous passons des messages subliminaux, nous voulons prouver notre grande profondeur et notre spiritualité. Nous perdons notre temps à débattre dans des commentaires, nous réagissons à des publications pour accuser, réprimander, se moquer, pour… jouer au Pharisien ! Nous fusillons des enseignants de la Parole de Dieu, nous perdons notre temps à jouer au détective pour avertir le peuple de Dieu d’un soi-disant « danger » en mettant en avant notre « don » de discernement (bien entendu).

Quelle perte de temps.

Au lieu d’utiliser cette énergie pour manifester l’amour, (bah oui, voyez-vous de l’amour dans tout ce qui vient d’être décrit ?)  nous l’utilisons sans intelligence et sans sagesse ou pire encore nous l’utilisons pour détruire.

Nous sommes appelé(e)s à l’utiliser avec droiture, sobriété, sagesse et discernement. Lorsque nous souhaitons partager des enseignements nous devons réfléchir à l’IMPACT. Que nous le voulions ou pas, nous sommes RESPONSABLES et nous aurons à rendre des comptes pour toute parole VAINE prononcée. (Matt.12.36)

 

Au lieu de rechercher l’unité, de nous accueillir, nous aimer les uns et les autres,  et de rendre gloire ensemble au Dieu manifesté en Jésus Christ, nous choisissons une toute autre voix.

Romains 15.2

2 Que chacun de nous cherche à plaire à son prochain pour son bien, en vue de le faire grandir dans la foi.
3 En effet, Christ n’a pas recherché ce qui lui plaisait, mais, comme il est écrit, les injures de ceux qui t’insultent sont tombées sur moi.
4 Or tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction afin que, par la persévérance et par le réconfort que donnent les Écritures, nous possédions l’espérance.
5 Que le Dieu de la persévérance et du réconfort vous donne de vivre en plein accord les uns avec les autres comme le veut Jésus-Christ,
6 afin que tous ensemble, d’une seule voix, vous rendiez gloire au Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ.
7 Accueillez-vous donc les uns les autres comme Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu.

 

Remettons-nous sérieusement en question, moi la première je l’ai fait. Posons-nous les bonnes questions.

Pourquoi je partage cette publication/enseignement/vidéo : pour édifier ? encourager ? aider à la croissance ?

Dans quel but vais-je commenter cette publication ? Comment mon message sera-t-il perçu ?  Est-ce utile de le faire ? 

Mes motivations profondes sont-elles basées sur l’amour ?

 

Décidons d’être des lumières, des porteurs et porteuses de la gloire de Dieu. Afin de faire la différence. Rejetons tout ce qui n’est pas produit par l’amour et par l’Esprit-Saint.

 

Cherchons à aimer,  que cette arène de la chair se transforme en place de gloire.  

 

  Crédit photo : Romain Bourse