Pourquoi ai-je accouché naturellement ?

Pourquoi ai-je accouché naturellement ?

Pour certaines femmes, cela n’a jamais était une option et pour d’autres comme moi, oui.

Lorsque je suis tombée enceinte, j’ai eu les symptômes classiques (nausées…) et dans cette période alors que je n’étais absolument pas en forme, plusieurs questions sont venues envahir mon esprit. Qu’en est-il de la volonté de Dieu que ce soit pour les symptômes et les douleurs de l’enfantement ? N’a-t-il pas tout pris à La Croix ? Mais peut-être avait-il oublié cette partie-là ?

Mon mari, a contribué énormément à ma réflexion, lui étant persuadé que je ne devais pas souffrir. D’ailleurs, je le remercie encore, c’est un homme de foi !

Mon premier combat à été donc contre les symptômes, je voulais voir de mes propres yeux que ces douleurs ne font pas partie de ses projets pour nous. Je vous invite à lire l’article à ce sujet sur les symptômes de grossesse. J’avais ce besoin de mettre ma foi en action, avant de prendre cette ultime décision “avec ou sans la péridurale ? “.

J’ai pu ressentir cette grâce surnaturelle dans mon corps, j’étais en pleine forme ! Ce qui est encore plus incroyable, car nous avons déménagé au Canada à mon huitième mois de grossesse (et non personne n’a rien vu à l’aéroport !) et arrivé au Québec, nous avons changé 4 fois de logement ! Tout cela peut sembler fou (et ça l’est) et laisser paraître un manque de sagesse, et c’est le cas si le Seigneur n’est pas dans la place, si ce n’est pas Lui qui vous amène à faire ces choix. Mais si c’est Lui, alors avec la vision Il donne la provision ! En passant, voilà pourquoi nous devons, nous garder d’avoir un avis sur les situations des personnes extérieures, qu’en savons-nous si ce n’est pas Dieu qui les conduit ? 

 

Je ne voulais pas accoucher naturellement en étant motivée par de mauvaises raisons, je n’ai rien à prouver, je veux juste que bébé aille bien. Cela a mis plusieurs mois, avant que la Parole de Dieu, ses versets prennent vie en moi et convainc mon cœur de telle sorte que je puisse le faire sans peur. Ce n’est qu’en arrivant au Québec, donc à la fin de ma grossesse que je me suis décidée à le faire.

Suite à un déclic, ces vérités suivantes sont tombées dans mon cœur :

 

 


Genèse 3 

16 Il dit à la femme : « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses. C’est dans la douleur que tu mettras des enfants au monde. Tes désirs se porteront vers ton mari, mais lui, il dominera sur toi. »
17 Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté ta femme et mangé du fruit au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : ‘Tu n’en mangeras pas’, le sol est maudit à cause de toi. C’est avec peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie.
Deuteronome 28  
3Tu seras béni dans la ville et dans les champs.
4Tes enfants, le produit de ton sol, les portées de tes troupeaux, de ton gros et de ton petit bétail, tout cela sera béni.
Galates 3 
     13 Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois 

 

 

Jésus nous a racheté de la malédiction, car Il est devenu Lui-même malédiction pour que nous puissions hériter de la vie éternelle et de ses promesses. Si la malédiction qui concerne l’homme dans Genèse est prise à  la Croix, alors les douleurs de l’enfantement citées dans le verset précédent en font partie ! Trop longtemps, j’ai combattu avec l’idée suivante, l’accouchement n’étant pas une “maladie”, cela n’a pas été prit à la Croix. Mais, dans Esaïe 53 au verset 4, il est bien indiqué qu’Il s’est chargé de nos souffrances et nos douleurs. Dans le jardin d’Eden avant la chute, la douleur n’était pas, n’existait pas. Jésus est venu restaurer cette communion que nous avions dans ce jardin, en nous faisant naître de nouveau par son Esprit.

Alors, oui, nous pouvons récupérer notre état originel qui est conforme au grand rêve de Dieu pour sa création, certes avec des difficultés à présent, notre environnement n’étant plus le même. Mais cela est possible !

Je suis là aujourd’hui, à écrire cet article pour vous dire que cela est possible et fait partie du plan de Dieu pour nos vies ! Nous sommes appelés à briller, à être différent, car nous sommes du Royaume, des enfants de la lumière. Alors, si vous vous posez encore la question, oui, j’ai vécu plus qu’un accouchement naturel, mais un accouchement surnaturel. Certes pas sans effort, mais rapide et pratiquement sans douleur. 

Dans un prochain article, je vous expliquerais le déroulement et comment j’ai vécu mon premier accouchement. 

Petite parenthèse et pas des moindres, ce que j’ai aimé durant ces temps particuliers, c’est encore une fois l’amour de Dieu, sa souplesse et sa compréhension à mon égard. Car, à aucun moment je me suis sentie obligée d’accoucher naturellement, je savais qu’Il ne serait pas déçu de moi, de mon manque de foi, si je n’allais pas au bout. J’entendais régulièrement dans mon esprit, que j’avais le choix, et que rien ne changerait à l’issue de cette situation concernant ses projets. Ce qui l’importait c’est que je grandisse dans ma foi, dans ma confiance en Lui. Et j’avais fait déjà des pas de géants concernant les symptômes. 

J’ai voulu voir encore plus de Lui, juste vivre une promesse de plus.

Voyons combien Il est bon envers nous, plein d’amour et de grâce, un Père glorieux. 

Avec amour