Introduction au cododo

Introduction au cododo ou le sommeil partagé

 

Je tiens à vous expliquer pourquoi j’en suis là à vous parler du cododo. Vous savez, je suis la première surprise ici de le pratiquer. Je ne pensais même pas que cela pouvait être un « choix ». 

Quelles sont les raisons qui m’ont poussé à m’y intéresser ? 

Baby Nat était très énervé le soir, pleurait beaucoup, inconsolable. Il s’endormait avec beaucoup de difficulté. je le trouvais agitait. La nuit, il se réveillait pour boire et après l’avoir allaité, impossible de le recoucher dans son lit. Romain rentrait le soir dans les pleurs de bébé. Moi, je n’attendais qu’une chose « relâcher la pression ». Lui, il ne pouvait pas profiter de bébé, ni passer du bon temps, ça le stressait et il était vraiment frustré voir même peiné. Moi, j’étais épuisé, donc on se disputait. Autant dire, que la paix ne régnait pas vraiment.

Un après-midi, nous avons fait une sieste dans le canapé avec bébé, il dormait sur moi, il avait l’air d’être tellement bien, c’était naturel, comme si cela devait être comme ça. À mon réveil, je le voyais tellement calme et serein. 

J’ai commencé à me poser des questions et à en parler au Saint-Esprit. J’ai fait des petites recherches sur le net, j’ai demandé des conseils auprès de personnes qui pratiquent ou ont pratiqué le sommeil partagé. 

J’ai vu de tout, et en occident nous sommes vraiment ANTI cododo, pour des raisons que je ne prendrais pas le temps d’expliquer ici. Mais si vous voulez, vous trouverez sur l’internet un flot d’informations à ce sujet. 

Par contre, dans les pays asiatiques, africains et certains pays comme la Suède, je crois, c’est nous les bizarres ! Ils trouvent cela invraisemblable de faire dormir bébé dans un lit.

Je l’ai donc installé de façon sécuritaire sur moi dans le lit, et wow, les nuits sont devenus magiques ! 

Grâce au cododo et au portage, j’ai remarqué un changement radical dans son comportement. 

Il pleure beaucoup moins, est serein, calme, il n’est plus autant frustré. 

Comme le titre l’indique ce n’est qu’une introduction au sujet. D’autres articles viendront compléter. 

Je ne peux que vous inviter à faire des recherches à ce sujet. J’espère que cet article vous laissera curieux. Il n’ y a rien de nouveau dans cette pratique en fait, elle existe depuis la nuit des temps.

La question à se poser, serait ;  Saint-Esprit quelle est ta vision pour le bien-être de mon enfant ? 

Voilà pourquoi j’en suis là, pour le bien-être de mon enfant.

Avec amour, 

Crédit photo : Romain Bourse

Pourquoi ai-je accouché naturellement ?

Pourquoi ai-je accouché naturellement ?

Pour certaines femmes, cela n’a jamais était une option et pour d’autres comme moi, oui.

Lorsque je suis tombée enceinte, j’ai eu les symptômes classiques (nausées…) et dans cette période alors que je n’étais absolument pas en forme, plusieurs questions sont venues envahir mon esprit. Qu’en est-il de la volonté de Dieu que ce soit pour les symptômes et les douleurs de l’enfantement ? N’a-t-il pas tout pris à La Croix ? Mais peut-être avait-il oublié cette partie-là ?

Mon mari, a contribué énormément à ma réflexion, lui étant persuadé que je ne devais pas souffrir. D’ailleurs, je le remercie encore, c’est un homme de foi !

Mon premier combat à été donc contre les symptômes, je voulais voir de mes propres yeux que ces douleurs ne font pas partie de ses projets pour nous. Je vous invite à lire l’article à ce sujet sur les symptômes de grossesse. J’avais ce besoin de mettre ma foi en action, avant de prendre cette ultime décision “avec ou sans la péridurale ? “.

J’ai pu ressentir cette grâce surnaturelle dans mon corps, j’étais en pleine forme ! Ce qui est encore plus incroyable, car nous avons déménagé au Canada à mon huitième mois de grossesse (et non personne n’a rien vu à l’aéroport !) et arrivé au Québec, nous avons changé 4 fois de logement ! Tout cela peut sembler fou (et ça l’est) et laisser paraître un manque de sagesse, et c’est le cas si le Seigneur n’est pas dans la place, si ce n’est pas Lui qui vous amène à faire ces choix. Mais si c’est Lui, alors avec la vision Il donne la provision ! En passant, voilà pourquoi nous devons, nous garder d’avoir un avis sur les situations des personnes extérieures, qu’en savons-nous si ce n’est pas Dieu qui les conduit ? 

 

Je ne voulais pas accoucher naturellement en étant motivée par de mauvaises raisons, je n’ai rien à prouver, je veux juste que bébé aille bien. Cela a mis plusieurs mois, avant que la Parole de Dieu, ses versets prennent vie en moi et convainc mon cœur de telle sorte que je puisse le faire sans peur. Ce n’est qu’en arrivant au Québec, donc à la fin de ma grossesse que je me suis décidée à le faire.

Suite à un déclic, ces vérités suivantes sont tombées dans mon cœur :

 

 


Genèse 3 

16 Il dit à la femme : « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses. C’est dans la douleur que tu mettras des enfants au monde. Tes désirs se porteront vers ton mari, mais lui, il dominera sur toi. »
17 Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté ta femme et mangé du fruit au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : ‘Tu n’en mangeras pas’, le sol est maudit à cause de toi. C’est avec peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie.
Deuteronome 28  
3Tu seras béni dans la ville et dans les champs.
4Tes enfants, le produit de ton sol, les portées de tes troupeaux, de ton gros et de ton petit bétail, tout cela sera béni.
Galates 3 
     13 Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois 

 

 

Jésus nous a racheté de la malédiction, car Il est devenu Lui-même malédiction pour que nous puissions hériter de la vie éternelle et de ses promesses. Si la malédiction qui concerne l’homme dans Genèse est prise à  la Croix, alors les douleurs de l’enfantement citées dans le verset précédent en font partie ! Trop longtemps, j’ai combattu avec l’idée suivante, l’accouchement n’étant pas une “maladie”, cela n’a pas été prit à la Croix. Mais, dans Esaïe 53 au verset 4, il est bien indiqué qu’Il s’est chargé de nos souffrances et nos douleurs. Dans le jardin d’Eden avant la chute, la douleur n’était pas, n’existait pas. Jésus est venu restaurer cette communion que nous avions dans ce jardin, en nous faisant naître de nouveau par son Esprit.

Alors, oui, nous pouvons récupérer notre état originel qui est conforme au grand rêve de Dieu pour sa création, certes avec des difficultés à présent, notre environnement n’étant plus le même. Mais cela est possible !

Je suis là aujourd’hui, à écrire cet article pour vous dire que cela est possible et fait partie du plan de Dieu pour nos vies ! Nous sommes appelés à briller, à être différent, car nous sommes du Royaume, des enfants de la lumière. Alors, si vous vous posez encore la question, oui, j’ai vécu plus qu’un accouchement naturel, mais un accouchement surnaturel. Certes pas sans effort, mais rapide et pratiquement sans douleur. 

Dans un prochain article, je vous expliquerais le déroulement et comment j’ai vécu mon premier accouchement. 

Petite parenthèse et pas des moindres, ce que j’ai aimé durant ces temps particuliers, c’est encore une fois l’amour de Dieu, sa souplesse et sa compréhension à mon égard. Car, à aucun moment je me suis sentie obligée d’accoucher naturellement, je savais qu’Il ne serait pas déçu de moi, de mon manque de foi, si je n’allais pas au bout. J’entendais régulièrement dans mon esprit, que j’avais le choix, et que rien ne changerait à l’issue de cette situation concernant ses projets. Ce qui l’importait c’est que je grandisse dans ma foi, dans ma confiance en Lui. Et j’avais fait déjà des pas de géants concernant les symptômes. 

J’ai voulu voir encore plus de Lui, juste vivre une promesse de plus.

Voyons combien Il est bon envers nous, plein d’amour et de grâce, un Père glorieux. 

Avec amour

Était-ce en vain ?

Était-ce en vain ?


Le 29 avril, notre maison s’est officiellement vendue, enfin ! 5 ans, que nous avions achetés notre premier bien. Nous n’avions jamais loué mon mari & moi-même, nous voulions tout de suite monter d’un cran. Ce qu’il faut savoir, c’est que lui comme moi, nous venons de milieu modeste et avons vécu en cité rimant avec la délinquance et la pauvreté.

Autant dire que nous avions une idée de notre proche future très éloignée de là où nous avions grandi pour bâtir notre vie.

Un peu naïf (un peu beaucoup), nous nous sommes absolument pas rendu compte de l’ampleur des travaux. Et dans mon ancien métier (Agent immo), je me suis rendu compte que c’est l’erreur de beaucoup de jeunes comme nous, nous minimisons les choses à faire. Nous sommes rêveur et ignorons encore réellement la réalité de la vie.

En 5 ans, nous avons investi plus de 60.000 € de travaux ! Nous n’avions pas d’argent de côté à nos débuts (seulement pour notre mariage), et par la grâce de Dieu nous avons été bénis dans nos emplois respectifs. La faveur de Dieu étant avec nous, nous avions des salaires très très confortable, avec lesquelles nous avons pu tout financer sans prêt. (et donc, nous n’avons jamais réellement profités de ces salairesˆˆ)

Le Seigneur nous appelle à partir au Québec, je vous passe les détails. Nous la mettons en vente en sachant pertinemment qu’avec la baisse du marché sur le secteur et l’achat récent (5 ans c’est genre très peu), nous ne pouvions espérer récupérer en totalité notre investissement.

Et nous avions vu juste, par la grâce de Dieu elle s’est vendu légèrement au-dessus du prix du marché ce qui nous permet de récupérer environ un tiers de la somme.

Le constat est que nous avions travaillé dans cette maison durant 5 ans, où nous avons passés des temps très difficile, et avons frôlés le burn-out, au point que notre santé en a été impacté et notre vie spirituelle de très loin ! Nous n’avions jamais profité de nos salaires, nous étions toujours dans la retenu et nous avons perdu beaucoup, beaucoup, d’argents. Quand je pense à tout ces euros, on aurait pu faire un tas de choses !

Pour beaucoup, cette expérience expose un échec. Mais pour nous, cette expérience AU FINAL (il nous a fallu un peu de temps pour nous en rendre compte.) est révélatrice de notre état de cœur AUJOURD’HUI, et devinez, nous avons gagné beaucoup que quelques milliers d’euros… Nous sommes rentrés dans les plans de Dieu !

Nous avons tout abandonnés pour Dieu, tout notre confort et cela révèle que nous n’avons PAS l’amour de l’argent et que nous pouvons être des CANAUX de bénédictions pour notre famille et les âmes autour de nous !

Aujourd’hui, nous redémarrons avec rien ou presque, et nous voyons la main de Dieu dans nos circonstances.


 

Soyons prêts à relâcher et ne pensons pas comme le monde.

Pour moi, il n’y a pas d’échec lorsque nous suivons Christ, mais il n’y a que des preuves d’amour et des occasions multiples à travers nos vies de manifester sa gloire. 

Croyons en la bonté de Dieu et à son amour inconditionnel. Si dans votre vie aujourd’hui, vous savez que vous devez relâcher des choses financières ou non, faîtes ce pas de foi et soyez assurés que Christ vous tend les bras !

Avec amour,

 

Photo by Georgia de Lotz on Unsplash

 

 

 

2 clés pour sortir du manque de confiance en soi

2 clés pour sortir du manque de confiance en soi Photo de Priscilla Du Preez sur Unsplash

Manque de confiance en vous ?

Le manque de confiance en soi, nous empêche d’être pleinement épanouie, pleinement nous.

Depuis mon plus jeûne âge, j’ai manqué cruellement de confiance en moi-même. Entre les paroles blessantes que je recevais à l’école, le regard des autres, et le manque de parole d’encouragement, je ne me sentais jamais à la hauteur.

Je pensais toujours que ce que je faisais ne plaisait pas, qui j’étais ne plaisait pas non plus. Et cela à durée jusqu’à mes 25, 26 ans. En grandissant, cela a développé en moi une compétitivité, je voulais toujours être la meilleure. L’une des meilleures à l’école, l’une des meilleures à la boutique de chaussures, la meilleure vendeuse de l’agence immobilière. Il n’y a rien de mal à se donner les moyens, mais mes motivations étaient mauvaises.

J’étais un caméléon, prête à changer de masque au gré des personnes. Mais Emmanuelle, où es-tu là-dedans ?

 


 

Il est triste de voir que nous avons autant ce problème que les non-croyants.

Deux principales causes ressortent en général :

Les blessures & le manque de connaissances de notre identité en Christ

 


Comment se sortir de ce cercle vicieux ? 

1ère clé : En traitant vos blessures.

De quoi souffrez-vous ? De rejet ? D’humiliation ? D’abandon ? Et j’en passe. Inconsciemment, nous traînons avec nous des blessures que nous pensons régler ou à laisser derrière nous, très, très loin. C’est une grosse erreur, voilà ce que je vous conseille.

 

  • Prenez un temps dans la prière et demandez au Saint-Esprit : quelle est la racine de ce manque de confiance ?
  • Vous allez avoir à votre esprit des souvenirs, peut-être d’enfance.
  • Remettez ces souvenirs entre les mains de Dieu.
  • Pardonnez aux personnes qui vous ont fait du mal, pardonnez-vous et demandez pardon à Dieu d’avoir développé un caractère inadapté.
  • Recevez la guérison par la foi (très important).
  • Demandez à Dieu de vous aider à rééduquer votre âme.

Comment ? Par votre consécration, en approfondissant votre relation avec Dieu par la méditation de la Bible et la prière (Rom12.2).

En renouvelant vos pensées, par la Parole. Nourrissez vos pensées de tout ce qui est bons aux yeux de Dieu (Phil 4.8).

2ème clé :  En connaissant votre identité en Christ.

Lorsque les blessures sont traitées, vous êtes fin prête à découvrir votre identité.

Posez-vous cette question : comment Dieu me voit-Il ? 

 

  • Je suis élue et bien-aimée. Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience (Colos 3.12).
  • Je suis l’ouvrage de Dieu, née de nouveau en Christ pour faire son oeuvre. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions (Eph 2.10).
  • Je suis sainte et justifiée. L’homme nouveau , créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité (Eph 4.24)
  • Je suis réconciliée avec Dieu. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation (2Cor 5.19).
  • Je suis née de Dieu et Christ demeure en moi. Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi (Jean 15.4).
  • Je suis membre du corps de Christ. Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part (1Cor 12.27).
  • Je suis héritière de Dieu. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l’Esprit de son Fils, lequel crie : Abba ! Père ! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils ; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu (Gal 4.6-7).
  • Je suis un enfant de lumière. Vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres (1Thess 5.5).
  • Je suis le temple du Saint-Esprit. Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous (1Cor 3.16).
  • Je suis l’amie de Christ. Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père (Jean 15.15).
  • Je suis un pèlerin dans ce monde.Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre…(1Pier 2.11)
  • Je suis citoyenne du ciel.Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ (Phili 3.20)
  • Je suis ce que je suis, par la grâce de Dieu.Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine ; loin de là, j’ai travaillé plus qu’eux tous , non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi (1 Cor 15.10).
  • Je serai comme Christ quand il reviendra.Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes . Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est (1Jean 3.1-2).

 

Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse (Ps 139.14).

 

Et maintenant, déclarez, déclarez, déclarez autant de fois qu’il le faut ces paroles ! Renouvelez votre pensée par ces vérités bibliques.

 

J’ai confiance en moi, car je sais qui vit en moi ! 

 

Je vous invite à télécharger le magazine d’octobre 2018 des Ministères Leslie Passerino, qui aborde dans l’une des rubriques la confiance. Cliquez-ici.

Crédit photo :  Priscilla Du Preez sur Unsplash

 

Comment j’ai réussie à survivre sans TV pendant plusieurs mois ?

Comment j'ai reussie à survivre pendant plusieurs mois sans TV ?

Comment j’ai réussie à survivre sans TV pendant plusieurs mois ?

 

La TV était une source de distraction terrible dans mon quotidien, malgré toute la bonne volonté j’avais constamment ce besoin d’avoir un “bruit de fond” dans ma maison.

Jeunesse TV, j’ai grandie devant l’écran donc pour moi ça faisait partie des meubles. Sauf qu’un meuble on ne le regarde pas durant des heures et il est là le problème.

Lorsque j’ai prie la décision de me dévouer à Dieu, le Saint-Esprit m’amena tout doucement à retirer le superflus et les distractions combien pesantes qui altérer mon écoute et mon niveau de consécration.

Et c’est de manière naturelle que j’ai compris qu’il fallait être radicale, si nous voulions des résultats radicaux dans notre propre vie.

Alors, je n’ai pas jeté ma télévision mais je ne l’ai juste plus allumée.  Mais si cela était nécessaire, je l’aurais fait (ou stockée chez quelqu’un).

 


 

Dieu rachète le temps n’est-ce-pas ? Un nombre incalculable de soirées, de midis, de matins s’offraient à moi !

À ce moment là, je travaillais encore dans l’immobilier et j’avoue que ça n’a pas été tant difficile que ça la semaine, vu les horaires que je faisais. Le week-end un peu plus, soyons honnête.

Jusqu’à ce que j’arrête de travailler, et là un vide immense s’offrait à moi à longueur de journée.

Là, c’était plus difficile et une mort à moi-même s’est opérée et pas que dans ce domaine. La télévision a été un élément dans mon processus, pas le processus en lui-même.

Parfois il m’arrivait de pleurer, de commencer des choses et ne pas les finir. De tourner en rond. De pleurer à nouveau et de me plaindre.

Dans ce vide, j’ai arrêté de résister. Petit à petit, j’ai commencé à avoir du goût, une soif plus intense pour Dieu. Plus je m’approchais de Dieu, plus les autres choses pâlissaient à sa lumière.  Je recevais dans mon cœur ses désirs, ses projets, je me suis mise à œuvrer et à travailler dans le secret. Et Dieu m’a transformé, je vous passe les détails.

 


 

Aujourd’hui, j’ai perdu le goût de la regarder et ce n’est qu’occasionnellement que je l’allume pour une soirée film par ex.

 

Si vous voulez que cela change, je n’ai qu’un conseil :  Soyez radicale ! Violente en Esprit. 

Jésus nous dit Mat 5:25 :

Si ton oeil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne.

 

J’ai une question pour vous :

Êtes-vous prêtes à souffrir, un peu de temps, juste un peu de temps, pour briser les chaînes et être réellement libre ? 

 

Partagez avec moi dans les commentaires.

 

Crédit photo :  Jens Kreuter sur Unsplash