Ayez confiance en Dieu !

Ayez confiance en Dieu Photo par James Hammond sur Unsplash

Ayez confiance en Dieu !

 

Bien souvent, à cause de notre passé, nous avons des difficultés à faire confiance. Que ce soit en nous (cliquez-ici, pour lire l’article : 2 clés pour sortir du manque de confiance en soi), aux autres et à Dieu.

La confiance en Dieu n’est pas quelque chose d’innée et que la chair affectionne. Nous devons apprendre à faire confiance à Dieu.

Pas qu’Il est des choses à prouver (bien que dans sa grâce, Il nous montre chaque jour sa fidélité), mais plutôt d’opérer en nous un travail par le chemin de la foi.

La foi est la ferme assurance des choses qu’on ne voit pas, des choses que l’on espère. La foi, c’est une manière de posséder déjà par avance, c’est une substance, une puissance. (Heb 11.1)

La confiance ne va pas sans la foi. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est si difficile de vivre par la foi, car nous allons à l’encontre de notre chair et notre raisonnement.

 

Nous voyons dans l’Ancien Testament, le peuple d’Israël est resté 40 ans dans le désert parce qu’il n’avait pas confiance en Dieu et avait une mauvaise attitude. Et Dieu désir ardemment notre confiance, car sans ce lien particulier nous ne pouvons vivre en communion parfaite avec Lui. Car le juste vivra par la foi.

 


 

Comment progresser dans ma confiance ?

Voici quelques conseils que j’ai appliqué dans ma vie et qui ont portés du fruit.

 

Nourrissez-vous de la Parole de Dieu en lisant des récits de foi, il y en a un tas dans l’Ancien comme dans le Nouveau.

Lisez des versets sur la nature de Dieu, sa fidélité, son amour.

Passez chaque jour du temps avec le Seigneur et laissez-vous conduire par son Esprit. C’est dans votre relation quotidienne que la confiance va se construire et évoluer.

Obéissez. Dieu va vous demander des petits pas de foi, afin de bâtir cette relation de confiance. Lorsque vous serez fidèle dans les petites choses, il vous en confiera de plus grandes et ainsi de suite.

Cherchez des témoignages de vie de foi, que ce soit dans des autobiographies et autres.

Attendez-vous à ce qu’Il agisse, car Il le fera assurément.

Faîtes vos propres expériences, ne vous contentez pas du vécu des autres. Il faut vivre une vie de foi !

 

 

Proverbes 3 : 5

Mets ta confiance en l’Éternel de tout ton coeur et ne te repose pas

sur ta propre intelligence (ton raisonnement, tes pensées).

 

Crédit photo : James Hammond sur Unsplash

Ressource : Magazine octobre 2018 des Ministères Leslie Passerino, rubrique consacrée à la confiance.

2 clés pour sortir du manque de confiance en soi

2 clés pour sortir du manque de confiance en soi Photo de Priscilla Du Preez sur Unsplash

Manque de confiance en vous ?

Le manque de confiance en soi, nous empêche d’être pleinement épanouie, pleinement nous.

Depuis mon plus jeûne âge, j’ai manqué cruellement de confiance en moi-même. Entre les paroles blessantes que je recevais à l’école, le regard des autres, et le manque de parole d’encouragement, je ne me sentais jamais à la hauteur.

Je pensais toujours que ce que je faisais ne plaisait pas, qui j’étais ne plaisait pas non plus. Et cela à durée jusqu’à mes 25, 26 ans. En grandissant, cela a développé en moi une compétitivité, je voulais toujours être la meilleure. L’une des meilleures à l’école, l’une des meilleures à la boutique de chaussures, la meilleure vendeuse de l’agence immobilière. Il n’y a rien de mal à se donner les moyens, mais mes motivations étaient mauvaises.

J’étais un caméléon, prête à changer de masque au gré des personnes. Mais Emmanuelle, où es-tu là-dedans ?

 


 

Il est triste de voir que nous avons autant ce problème que les non-croyants.

Deux principales causes ressortent en général :

Les blessures & le manque de connaissances de notre identité en Christ

 


Comment se sortir de ce cercle vicieux ? 

1ère clé : En traitant vos blessures.

De quoi souffrez-vous ? De rejet ? D’humiliation ? D’abandon ? Et j’en passe. Inconsciemment, nous traînons avec nous des blessures que nous pensons régler ou à laisser derrière nous, très, très loin. C’est une grosse erreur, voilà ce que je vous conseille.

 

  • Prenez un temps dans la prière et demandez au Saint-Esprit : quelle est la racine de ce manque de confiance ?
  • Vous allez avoir à votre esprit des souvenirs, peut-être d’enfance.
  • Remettez ces souvenirs entre les mains de Dieu.
  • Pardonnez aux personnes qui vous ont fait du mal, pardonnez-vous et demandez pardon à Dieu d’avoir développé un caractère inadapté.
  • Recevez la guérison par la foi (très important).
  • Demandez à Dieu de vous aider à rééduquer votre âme.

Comment ? Par votre consécration, en approfondissant votre relation avec Dieu par la méditation de la Bible et la prière (Rom12.2).

En renouvelant vos pensées, par la Parole. Nourrissez vos pensées de tout ce qui est bons aux yeux de Dieu (Phil 4.8).

2ème clé :  En connaissant votre identité en Christ.

Lorsque les blessures sont traitées, vous êtes fin prête à découvrir votre identité.

Posez-vous cette question : comment Dieu me voit-Il ? 

 

  • Je suis élue et bien-aimée. Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience (Colos 3.12).
  • Je suis l’ouvrage de Dieu, née de nouveau en Christ pour faire son oeuvre. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions (Eph 2.10).
  • Je suis sainte et justifiée. L’homme nouveau , créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité (Eph 4.24)
  • Je suis réconciliée avec Dieu. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation (2Cor 5.19).
  • Je suis née de Dieu et Christ demeure en moi. Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi (Jean 15.4).
  • Je suis membre du corps de Christ. Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part (1Cor 12.27).
  • Je suis héritière de Dieu. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l’Esprit de son Fils, lequel crie : Abba ! Père ! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils ; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu (Gal 4.6-7).
  • Je suis un enfant de lumière. Vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres (1Thess 5.5).
  • Je suis le temple du Saint-Esprit. Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous (1Cor 3.16).
  • Je suis l’amie de Christ. Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père (Jean 15.15).
  • Je suis un pèlerin dans ce monde.Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre…(1Pier 2.11)
  • Je suis citoyenne du ciel.Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ (Phili 3.20)
  • Je suis ce que je suis, par la grâce de Dieu.Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine ; loin de là, j’ai travaillé plus qu’eux tous , non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi (1 Cor 15.10).
  • Je serai comme Christ quand il reviendra.Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes . Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est (1Jean 3.1-2).

 

Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse (Ps 139.14).

 

Et maintenant, déclarez, déclarez, déclarez autant de fois qu’il le faut ces paroles ! Renouvelez votre pensée par ces vérités bibliques.

 

J’ai confiance en moi, car je sais qui vit en moi ! 

 

Je vous invite à télécharger le magazine d’octobre 2018 des Ministères Leslie Passerino, qui aborde dans l’une des rubriques la confiance. Cliquez-ici.

Crédit photo :  Priscilla Du Preez sur Unsplash

 

8 choses dont nous avons besoin pour la vision

De quoi ai-je besoin pour la vision ?

De quoi ai-je besoin pour la vision ?

 

Voici 8 choses dont nous avons besoin pour accomplir la vision de Dieu


D’une semence : Avant tout, nous avons besoin d’une semence venant de Dieu. Cette semence nous devons la discerner et je t’en parle dans mon dernier article comment discerner les rêves de Dieu.

 

D’être émondé : Une partie du processus consiste à éliminer certaines choses qui nous empêchent de connaitre Dieu, de le suivre et d’accomplir sa volonté.

Rom 12:1-2 : Je vous invite donc, frères, à cause de cette immense bonté de Dieu, à lui offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint et qui plaise à Dieu. Ce sera là de votre part un culte spirituel. Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel, mais laissez-vous transformer par le renouvellement de votre pensée, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait.

Nous devons prendre la décision de nous mettre sur l’autel, et nous offrir entièrement à la trinité. Ainsi, nous serons transformés par le renouvellement de notre pensée. C’est un temps de combat avec notre chair & l’ennemie mais tout cela est possible grâce au Saint-Esprit qui vit en nous.

 

D’une équipe : Nous avons besoin de personnes autour de nous qui nous encouragent et nous poussent dans la vision. Bien sûr, des personnes vont s’opposer à votre projet c’est inévitable. Vous aurez de l’opposition. D’ailleurs, si vous êtes mariés, il est indispensable que votre conjoint soit avec vous, si ce n’est pas le cas alors ralentissez et mettez cela en prière. Si vous êtes célibataire, demandez au Saint-Esprit de placer autour de vous des personnes pour vous accompagner dans ce chemin.

 

De patience : Il y a plusieurs exemples dans la Bible, où nous voyons Dieu agir à la dernière minute (qui est son temps parfait). Nous voyons Noé qui a peut-être mit 100 ans environ pour construire l’arche. Vous imaginez, jour après jour clouer des planches pendant autant d’années ? La patience produit la fidélité et la confiance en Dieu. Dieu se soucie plus de développer la patience et la fidélité en nous que de nous consentir des raccourcis et des solutions de facilité.

 

De discipline : Daniel priait et méditait les écritures 3 fois par jour ! Il était dans un pays étranger et mit à l’épreuve plusieurs fois afin qu’il abandonne sa foi en Dieu. Pour atteindre notre plein potentiel spirituel nous devons nous appliquer à certaines disciplines de vie. À force d’écouter Dieu et de lui parler, nous finissons pas croire ce qu’Il nous dit.

 

De persévérance : Chaque chrétien portant une vision a besoin de persévérance. Malgré les vents contraires, les oppositions, les résistances nous devons persévérer dans la vision mais surtout dans la relation avec le Seigneur. Car c’est Lui qui nous donnera les réponses et les directions nécessaires pour les temps à vivre.

Jacq 1:3-4 : Car vous le savez : la mise à l’épreuve de votre foi produit l’endurance (la persévérance). Mais il faut que votre endurance aille jusqu’au bout de ce qu’elle peut faire pour que vous parveniez à l’état d’adultes et soyez pleins de force, des hommes auxquels il ne manque rien. 

 

De sagesse : L’humilité est essentielle pour obtenir de la sagesse et découvrir la voie que Dieu a tracé pour nous. Elle vient avec l’étude de la Parole et l’écoute du Saint -Esprit. Notre témoin intérieur, nous indique si ce que nous faisons est bon ou non. La paix de Dieu doit être notre guide dans notre chemin. Vous emprunterez sûrement des chemins qui paraissent fous et déraisonnables aux yeux des hommes, et la paix est un indicateur extrêmement puissant.  Avant chaque décision, consulter le Seigneur est une nécessité et se laisser diriger par l’inspiration divine. Il est bon aussi de rechercher les conseils et les avis de ceux qui nous ont précédés dans cette mission.

 

De perspective divine : Nous avons besoin de connaître notre identité en Christ, et comment Dieu nous voit. Nous avons besoin de la perspective divine. Sinon, l’opinion des autres, leurs éloges, leurs critiques finiront par nous affecter et altérer l’opinion que nous avons de nous-mêmes.

 

Crédit photo :  Neven Krcmarek sur Unsplash

Comment discerner les rêves de Dieu ?

Comment discerner les rêves de Dieu ? Photo par Debby Hudson sur Unsplash

Comment discerner les rêves de Dieu ?

Lorsque nous recherchons la volonté de Dieu pour nos vies, et que nous entrons dans une véritable consécration alors nous avons plusieurs désirs qui montent dans nos cœurs.

Parfois, il n’est pas toujours évident de discerner ce qui est de Dieu et ce qui est de nous, car nous avons déjà nos propres aspirations.

Nous devons agir avec sagesse et discernement. Lorsque le Seigneur commença à déposer ses désirs dans mon cœur, j’étais comme en feu au point de me lever aux aurores chaque jour pour foncer, foncer et encore foncer (c’est d’ailleurs ce que je faisais!).

Ce rêve doit être émondé, peaufiné car tous les moyens que vous imaginez ne sont pas ceux que Dieu veut pour son plan.

J’ai fait quelques erreurs à force de foncer et d’être impatiente pensant que tous les moyens étaient bons. Mais Dieu dans sa grâce, m’a montré avec douceur telle et telle chose que je devais abandonner.

En résultat, j’ai perdu de l’énergie et du temps sur des projets que Dieu ne voulait pas pour le moment.

Mais je m’estime heureuse, car d’autres perdent tellement plus, comme de l’argent et un temps phénoménal des mois, des années !

 


C’est pour cela que j’aimerais vous aider par quelques conseils pour que vous gagniez du temps. 

———

En premier lieu, sachez que toute semence/rêve/ implantée par Dieu s’apparente à l’Évangile et son Royaume.

Matt.28:18-20 : toute vision donnée par Dieu vise à l’accomplissement de ce commandement, d’une manière ou d’une autre.

Il nous faut bien faire la différence ici. Il n’est pas mal d’entretenir d’autres rêves et ambitions personnelles, mais cela n’est pas une semence divine.

 

Dans un second temps, prenez votre temps, car ce rêve ne vous appartient pas.

Ce rêve est à Dieu et est de Dieu. C’est Lui qui vous le confie. Alors, prenez le temps dans la prière d’exposer ce rêve au Seigneur afin de discerner par l’Esprit.

Est-ce que Seigneur tu peux émonder, épurer cette vision ?

Est-ce que dans ce rêve il n’y a pas un peu de désir personnel ?

Est-ce que j’ai rajouté des choses ?

Prov. 19 : 21 : Il y a dans le cœur de l’homme beaucoup de projets, Mais c’est le dessein de l’Éternel qui s’accomplit.

 

Troisièmement, n’oubliez pas de marcher avec votre associé.

Nos rêves ne peuvent s’accomplir d’eux-mêmes. Nous avons besoin du Saint-Esprit, de notre associé de vie.

Aucune vision ne portera du fruit, si elle ne se réalise pas sous les conseils du Saint-Esprit.

 

Quatrièmement, voyez vos motivations.

Interrogeons le Saint-Esprit sur nos motivations, notre volonté personnel.

Aucun rêve n’arrivera à maturation s’il est basé uniquement sur notre propre motivation. Car nous n’avons pas l’onction et la force du Saint-Esprit dans cette vision.

Nous devons être courageuses pour voir la vérité et être prêtes à accepter que tel projet n’est pas de Dieu.

 

Pour terminer,

soyons transparentes et ouvertes pour laisser Dieu poser le doigt sur le rêve qu’Il veut pour nous dans cette saison précise.

J’ai plusieurs rêves, mais je sais que pour certains, je dois être patiente, car ce n’est pas encore la saison. Mais ils sont là, toujours dans mon coeur et Dieu me prépare pour ces missions.

Il faut accepter parfois de reconsidérer notre point de vue sur certains rêves, et renoncer à d’autres.

La vision va nous demander une consécration plus intense, une mise à part. Nous devons prendre ses rêves au sérieux et avoir une bonne attitude de coeur pour être prêtes à s’humilier à tout moment.

 

Approfondir sa relation avec relation avec Dieu (la trinité) est essentielle pour découvrir les trésors cachés qu’Il nous réserve.

Soyez encouragé !

Crédit photo par Debby Hudson sur Unsplash

Lecture suggérée : Vision pour un projet divin de Stephen P.FINN et Trey DUNHAM

Arrête et contemple !

Arrête et contemple-photo de brooke-cagle-unsplash

Arrête un instant et contemple

T’arrives t-il de te poser pour juste contempler Dieu ? Gardes-tu les yeux fixés sur Jésus, chaque jour de ta vie ?
 
C’est la fin du mois, nous sommes à l’aube d’une nouvelle année.
Et comment bien la terminer ? En contemplant Dieu. N’est-ce-pas une belle façon de la finir ?

Mais tout d’abord, qu’est ce que la contemplation ?


Le dictionnaire Larousse nous donne cette définition :
Action de contempler quelqu’un, quelque chose, de les regarder avec attention et longuement. / État de l’esprit qui s’applique profondément à un objet intellectuel, état de l’âme qui se donne tout entière à la méditation. / Union à Dieu, par la connaissance affective.
 
Voyons d’un point de vue biblique. J‘ai relevé deux formes de contemplation qui se complète totalement bien entendu et j’aimerais te les partager.
 

La première, est de fixer nos yeux sur Jésus-Christ chaque jour de notre vie.


Fixes-tu tes yeux sur Jésus-Christ chaque jour ?
Plus nous les fixons sur Lui, plus nous devons comme notre frère aîné. C’est la volonté de notre Père. Car Il nous a destiné d’avance à devenir conformes à l’image de son Fils, afin que celui-ci soit l’aîné de nombreux frères. (Rom.8:29)
Jésus doit être notre modèle de vie, où chaque jour nous recherchons à Lui ressembler.
 
Et nous tous qui, le visage découvert, contemplons, comme dans un miroir, la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en son image dans une gloire dont l’éclat ne cesse de grandir. C’est là l’oeuvre du Seigneur, c’est-à-dire de l’Esprit. (2 cor 3:18)
 
C’est une contemplation quotidienne à laquelle nous sommes appelés conformément au plan de Dieu pour nos vies. Quel privilège, quelle grâce de pouvoir ressembler à notre Sauveur grâce à son Esprit !
 

La deuxième, est de passer des temps spécifiques à l’admirer.


Passes-tu des temps spéciaux à contempler Dieu ? À juste le regarder pour l’admirer ?
 
On a tendance dans nos temps de prières à vouloir aussi être productifs autant que possible par nos paroles, nos actions de grâces, nos louanges. Et ce n’est pas une mauvaise chose, mais parfois nous oublions juste de l’admirer dans notre être intérieur.
 
Dans le Psaumes 46:10 il est écrit : Arrêtez, et sachez que je suis Dieu.
 
Il y a également le Psaumes 63:2-3, que je trouve magnifique et qui définit bien la contemplation :
 
Ô Dieu, tu es mon Dieu ! C’est toi que je recherche. Mon âme à soif de toi, mon corps même ne cesse de languir après toi, comme une terre aride, desséchée et sans eau. C’est pourquoi, dans ton sanctuaire, je te contemple pour admirer ta puissance et ta gloire.
 

 

En cette fin d’année, arrêtons-nous quelques instants pour l’admirer de tout notre coeur.
Prenons conscience de qui Il est, de sa gloire et sa puissance, de sa bonté et de son amour.
La contemplation nous amène à un cœur à cœur avec Dieu, avec la magnificence de la trinité.
Dans ces temps, nous apprenons parfois beaucoup plus, car le Saint-Esprit agit tel un torrent dans nos cœurs qui coule, pour étancher notre soif et nous remplir de sa source d’eau vive.
 
Et gardons les yeux fixés sur Jésus, notre modèle, notre exemple parfait.
Crédit photo : Brooke Cagle sur Unsplash