Trois conseils pour consacrer vos pensées

Nous sommes le reflet des pensées de notre âme (Prov 23.7). Lorsque j’ai décidé de faire demi-tour dans ma vie, la première chose que j’ai traitée a été mes pensées. Je n’avais pas de filtre, c’était la porte ouverte à toutes sortes de pensées. Les conséquences ont été multiples : je n’entendais pas la voix de Dieu, je croyais des mensonges sur moi-même, sur les autres et sur des situations, mes émotions fluctuais sans raison, je culpabilisais… De quoi foutre une vie en l’air, sérieusement ! On passe à côté de notre vie.

Il est important de CONSACRER nos pensées, sérieusement et sans relâche. Je dois encore lutter aujourd’hui, c’est certes plus facile, car je connais davantage Dieu et Sa Parole. Mais nous devons rester vigilantes, nous le savons, l’ennemie rode cherchant qui voler… Consacrer veut dire mettre à part, synonyme de sanctification aussi, consacrer pour une cause ou une personne, en l’occurrence Jésus Christ. Elles doivent être sanctifiées pour Jésus-Christ, pour le servir. 

Voici quelques conseils que je vous partage grâce à mon expérience. Bien que je ne sois pas experte comme Joyce Meyer 😌. 

Dire NON à la procrastination, ça était là ma faiblesse et ça l’est encore. Lorsque nous avons une pensée, par exemple : je suis nulle. Nous savons qu’elle ne correspond pas à la pensée de Christ, qu’elle n’est pas biblique. Par passivité, ou parce que nous sommes occupés, nous n’ouvrons pas notre bouche pour confesser la Parole, nous n’ouvrons pas la Bible pour lire un verset et le confesser. Nous savons que nous devons le faire, mais nous ne le faisons pas. Nous ne pouvons peut-être pas toujours en fonction de l’environnement où nous nous trouvons, ouvrir notre Bible… MAIS nous pouvons toutes apprendre un verset par coeur et le confesser lorsque cela arrive. 

Je vous en parle, car c’est la passivité qui nous amène à être impuissantes et laisser rentrer en nous de mauvaises semences.

Nourrir ses pensées de la Parole. Le but n’est pas de chasser une pensée sans la remplacer. Vous devez traiter chaque mensonge, chaque pensée qui vous tire vers le bas par la Parole.

Un exemple qui m’arrive de temps en temps, je démarre la journée et j’ai à l’esprit : je suis fatiguée, je suis fatiguée, je ne vais pas réussir toutes mes tâches, ah et puis je fatiguée… Et ça non-stop ! Ce n’est qu’au bout de quelques heures que je me rends compte que ces pensées-là me tirent vers le bas. Et effectivement, oui, j’ai été complètement désorganisé toute la journée. Je prend donc position, car j’ai foiré ma journée (😂 un peu trop tard qu’en pensez-vous ?). J’aurais pu le faire avant si je n’avais pas procrastiné et été vigilante. 

Donc… être vigilantes ! Nous sommes victimes souvent de notre négligence. Et la meilleure façon de veiller, et de passer du temps avec le Seigneur et dans la Parole afin d’être renouvelée spirituellement. C’est sur lorsque nous ne passons pas un temps dans la journée avec notre Père, à parler au Saint-Esprit et par l’Esprit alors nous sommes plus sujets à ne pas être sur nos gardes. 

(Prov 18.21) – La mort et la vie sont au pouvoir de la langue; Quiconque l’aime en mangera les fruits. 

En bref, arrêtons de laisser nos pensées dicter notre vie mais ouvrons notre bouche ! 🛑

Avec amour,

 

Photo by Igor Cancarevic on Unsplash

Introduction au cododo

Introduction au cododo ou le sommeil partagé

 

Je tiens à vous expliquer pourquoi j’en suis là à vous parler du cododo. Vous savez, je suis la première surprise ici de le pratiquer. Je ne pensais même pas que cela pouvait être un « choix ». 

Quelles sont les raisons qui m’ont poussé à m’y intéresser ? 

Baby Nat était très énervé le soir, pleurait beaucoup, inconsolable. Il s’endormait avec beaucoup de difficulté. je le trouvais agitait. La nuit, il se réveillait pour boire et après l’avoir allaité, impossible de le recoucher dans son lit. Romain rentrait le soir dans les pleurs de bébé. Moi, je n’attendais qu’une chose « relâcher la pression ». Lui, il ne pouvait pas profiter de bébé, ni passer du bon temps, ça le stressait et il était vraiment frustré voir même peiné. Moi, j’étais épuisé, donc on se disputait. Autant dire, que la paix ne régnait pas vraiment.

Un après-midi, nous avons fait une sieste dans le canapé avec bébé, il dormait sur moi, il avait l’air d’être tellement bien, c’était naturel, comme si cela devait être comme ça. À mon réveil, je le voyais tellement calme et serein. 

J’ai commencé à me poser des questions et à en parler au Saint-Esprit. J’ai fait des petites recherches sur le net, j’ai demandé des conseils auprès de personnes qui pratiquent ou ont pratiqué le sommeil partagé. 

J’ai vu de tout, et en occident nous sommes vraiment ANTI cododo, pour des raisons que je ne prendrais pas le temps d’expliquer ici. Mais si vous voulez, vous trouverez sur l’internet un flot d’informations à ce sujet. 

Par contre, dans les pays asiatiques, africains et certains pays comme la Suède, je crois, c’est nous les bizarres ! Ils trouvent cela invraisemblable de faire dormir bébé dans un lit.

Je l’ai donc installé de façon sécuritaire sur moi dans le lit, et wow, les nuits sont devenus magiques ! 

Grâce au cododo et au portage, j’ai remarqué un changement radical dans son comportement. 

Il pleure beaucoup moins, est serein, calme, il n’est plus autant frustré. 

Comme le titre l’indique ce n’est qu’une introduction au sujet. D’autres articles viendront compléter. 

Je ne peux que vous inviter à faire des recherches à ce sujet. J’espère que cet article vous laissera curieux. Il n’ y a rien de nouveau dans cette pratique en fait, elle existe depuis la nuit des temps.

La question à se poser, serait ;  Saint-Esprit quelle est ta vision pour le bien-être de mon enfant ? 

Voilà pourquoi j’en suis là, pour le bien-être de mon enfant.

Avec amour, 

Crédit photo : Romain Bourse

Était-ce en vain ?

Était-ce en vain ?


Le 29 avril, notre maison s’est officiellement vendue, enfin ! 5 ans, que nous avions achetés notre premier bien. Nous n’avions jamais loué mon mari & moi-même, nous voulions tout de suite monter d’un cran. Ce qu’il faut savoir, c’est que lui comme moi, nous venons de milieu modeste et avons vécu en cité rimant avec la délinquance et la pauvreté.

Autant dire que nous avions une idée de notre proche future très éloignée de là où nous avions grandi pour bâtir notre vie.

Un peu naïf (un peu beaucoup), nous nous sommes absolument pas rendu compte de l’ampleur des travaux. Et dans mon ancien métier (Agent immo), je me suis rendu compte que c’est l’erreur de beaucoup de jeunes comme nous, nous minimisons les choses à faire. Nous sommes rêveur et ignorons encore réellement la réalité de la vie.

En 5 ans, nous avons investi plus de 60.000 € de travaux ! Nous n’avions pas d’argent de côté à nos débuts (seulement pour notre mariage), et par la grâce de Dieu nous avons été bénis dans nos emplois respectifs. La faveur de Dieu étant avec nous, nous avions des salaires très très confortable, avec lesquelles nous avons pu tout financer sans prêt. (et donc, nous n’avons jamais réellement profités de ces salairesˆˆ)

Le Seigneur nous appelle à partir au Québec, je vous passe les détails. Nous la mettons en vente en sachant pertinemment qu’avec la baisse du marché sur le secteur et l’achat récent (5 ans c’est genre très peu), nous ne pouvions espérer récupérer en totalité notre investissement.

Et nous avions vu juste, par la grâce de Dieu elle s’est vendu légèrement au-dessus du prix du marché ce qui nous permet de récupérer environ un tiers de la somme.

Le constat est que nous avions travaillé dans cette maison durant 5 ans, où nous avons passés des temps très difficile, et avons frôlés le burn-out, au point que notre santé en a été impacté et notre vie spirituelle de très loin ! Nous n’avions jamais profité de nos salaires, nous étions toujours dans la retenu et nous avons perdu beaucoup, beaucoup, d’argents. Quand je pense à tout ces euros, on aurait pu faire un tas de choses !

Pour beaucoup, cette expérience expose un échec. Mais pour nous, cette expérience AU FINAL (il nous a fallu un peu de temps pour nous en rendre compte.) est révélatrice de notre état de cœur AUJOURD’HUI, et devinez, nous avons gagné beaucoup que quelques milliers d’euros… Nous sommes rentrés dans les plans de Dieu !

Nous avons tout abandonnés pour Dieu, tout notre confort et cela révèle que nous n’avons PAS l’amour de l’argent et que nous pouvons être des CANAUX de bénédictions pour notre famille et les âmes autour de nous !

Aujourd’hui, nous redémarrons avec rien ou presque, et nous voyons la main de Dieu dans nos circonstances.


 

Soyons prêts à relâcher et ne pensons pas comme le monde.

Pour moi, il n’y a pas d’échec lorsque nous suivons Christ, mais il n’y a que des preuves d’amour et des occasions multiples à travers nos vies de manifester sa gloire. 

Croyons en la bonté de Dieu et à son amour inconditionnel. Si dans votre vie aujourd’hui, vous savez que vous devez relâcher des choses financières ou non, faîtes ce pas de foi et soyez assurés que Christ vous tend les bras !

Avec amour,

 

Photo by Georgia de Lotz on Unsplash

 

 

 

Ayez confiance en Dieu !

Ayez confiance en Dieu Photo par James Hammond sur Unsplash

Ayez confiance en Dieu !

 

Bien souvent, à cause de notre passé, nous avons des difficultés à faire confiance. Que ce soit en nous (cliquez-ici, pour lire l’article : 2 clés pour sortir du manque de confiance en soi), aux autres et à Dieu.

La confiance en Dieu n’est pas quelque chose d’innée et que la chair affectionne. Nous devons apprendre à faire confiance à Dieu.

Pas qu’Il est des choses à prouver (bien que dans sa grâce, Il nous montre chaque jour sa fidélité), mais plutôt d’opérer en nous un travail par le chemin de la foi.

La foi est la ferme assurance des choses qu’on ne voit pas, des choses que l’on espère. La foi, c’est une manière de posséder déjà par avance, c’est une substance, une puissance. (Heb 11.1)

La confiance ne va pas sans la foi. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est si difficile de vivre par la foi, car nous allons à l’encontre de notre chair et notre raisonnement.

 

Nous voyons dans l’Ancien Testament, le peuple d’Israël est resté 40 ans dans le désert parce qu’il n’avait pas confiance en Dieu et avait une mauvaise attitude. Et Dieu désir ardemment notre confiance, car sans ce lien particulier nous ne pouvons vivre en communion parfaite avec Lui. Car le juste vivra par la foi.

 


 

Comment progresser dans ma confiance ?

Voici quelques conseils que j’ai appliqué dans ma vie et qui ont portés du fruit.

 

Nourrissez-vous de la Parole de Dieu en lisant des récits de foi, il y en a un tas dans l’Ancien comme dans le Nouveau.

Lisez des versets sur la nature de Dieu, sa fidélité, son amour.

Passez chaque jour du temps avec le Seigneur et laissez-vous conduire par son Esprit. C’est dans votre relation quotidienne que la confiance va se construire et évoluer.

Obéissez. Dieu va vous demander des petits pas de foi, afin de bâtir cette relation de confiance. Lorsque vous serez fidèle dans les petites choses, il vous en confiera de plus grandes et ainsi de suite.

Cherchez des témoignages de vie de foi, que ce soit dans des autobiographies et autres.

Attendez-vous à ce qu’Il agisse, car Il le fera assurément.

Faîtes vos propres expériences, ne vous contentez pas du vécu des autres. Il faut vivre une vie de foi !

 

 

Proverbes 3 : 5

Mets ta confiance en l’Éternel de tout ton coeur et ne te repose pas

sur ta propre intelligence (ton raisonnement, tes pensées).

 

Crédit photo : James Hammond sur Unsplash

Ressource : Magazine octobre 2018 des Ministères Leslie Passerino, rubrique consacrée à la confiance.

8 choses dont nous avons besoin pour la vision

De quoi ai-je besoin pour la vision ?

De quoi ai-je besoin pour la vision ?

 

Voici 8 choses dont nous avons besoin pour accomplir la vision de Dieu


D’une semence : Avant tout, nous avons besoin d’une semence venant de Dieu. Cette semence nous devons la discerner et je t’en parle dans mon dernier article comment discerner les rêves de Dieu.

 

D’être émondé : Une partie du processus consiste à éliminer certaines choses qui nous empêchent de connaitre Dieu, de le suivre et d’accomplir sa volonté.

Rom 12:1-2 : Je vous invite donc, frères, à cause de cette immense bonté de Dieu, à lui offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint et qui plaise à Dieu. Ce sera là de votre part un culte spirituel. Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel, mais laissez-vous transformer par le renouvellement de votre pensée, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait.

Nous devons prendre la décision de nous mettre sur l’autel, et nous offrir entièrement à la trinité. Ainsi, nous serons transformés par le renouvellement de notre pensée. C’est un temps de combat avec notre chair & l’ennemie mais tout cela est possible grâce au Saint-Esprit qui vit en nous.

 

D’une équipe : Nous avons besoin de personnes autour de nous qui nous encouragent et nous poussent dans la vision. Bien sûr, des personnes vont s’opposer à votre projet c’est inévitable. Vous aurez de l’opposition. D’ailleurs, si vous êtes mariés, il est indispensable que votre conjoint soit avec vous, si ce n’est pas le cas alors ralentissez et mettez cela en prière. Si vous êtes célibataire, demandez au Saint-Esprit de placer autour de vous des personnes pour vous accompagner dans ce chemin.

 

De patience : Il y a plusieurs exemples dans la Bible, où nous voyons Dieu agir à la dernière minute (qui est son temps parfait). Nous voyons Noé qui a peut-être mit 100 ans environ pour construire l’arche. Vous imaginez, jour après jour clouer des planches pendant autant d’années ? La patience produit la fidélité et la confiance en Dieu. Dieu se soucie plus de développer la patience et la fidélité en nous que de nous consentir des raccourcis et des solutions de facilité.

 

De discipline : Daniel priait et méditait les écritures 3 fois par jour ! Il était dans un pays étranger et mit à l’épreuve plusieurs fois afin qu’il abandonne sa foi en Dieu. Pour atteindre notre plein potentiel spirituel nous devons nous appliquer à certaines disciplines de vie. À force d’écouter Dieu et de lui parler, nous finissons pas croire ce qu’Il nous dit.

 

De persévérance : Chaque chrétien portant une vision a besoin de persévérance. Malgré les vents contraires, les oppositions, les résistances nous devons persévérer dans la vision mais surtout dans la relation avec le Seigneur. Car c’est Lui qui nous donnera les réponses et les directions nécessaires pour les temps à vivre.

Jacq 1:3-4 : Car vous le savez : la mise à l’épreuve de votre foi produit l’endurance (la persévérance). Mais il faut que votre endurance aille jusqu’au bout de ce qu’elle peut faire pour que vous parveniez à l’état d’adultes et soyez pleins de force, des hommes auxquels il ne manque rien. 

 

De sagesse : L’humilité est essentielle pour obtenir de la sagesse et découvrir la voie que Dieu a tracé pour nous. Elle vient avec l’étude de la Parole et l’écoute du Saint -Esprit. Notre témoin intérieur, nous indique si ce que nous faisons est bon ou non. La paix de Dieu doit être notre guide dans notre chemin. Vous emprunterez sûrement des chemins qui paraissent fous et déraisonnables aux yeux des hommes, et la paix est un indicateur extrêmement puissant.  Avant chaque décision, consulter le Seigneur est une nécessité et se laisser diriger par l’inspiration divine. Il est bon aussi de rechercher les conseils et les avis de ceux qui nous ont précédés dans cette mission.

 

De perspective divine : Nous avons besoin de connaître notre identité en Christ, et comment Dieu nous voit. Nous avons besoin de la perspective divine. Sinon, l’opinion des autres, leurs éloges, leurs critiques finiront par nous affecter et altérer l’opinion que nous avons de nous-mêmes.

 

Crédit photo :  Neven Krcmarek sur Unsplash